"Pologne : peindre l'âme d'une nation" : le Louvre-Lens à l'heure de la "polonité"

Eté indien de Jozef Chelmonski, 1875
Eté indien de Jozef Chelmonski, 1875 (WILCZYÑSKI KRZYSZTOF)

A l'occasion du centenaire de la signature de la convention entre la France et la Pologne relative à l’émigration et à l’immigration, l'exposition retrace la façon dont les artistes ont créé une véritable identité polonaise, ce qu'on a appelé la "polonité". 

"Pologne : peindre l'âme d'une nation", c'est ainsi que s'intitule la nouvelle exposition du Louvre-Lens. Jusqu'au 20 janvier, le célèbre musée des Hauts-de-France présente près de 120 tableaux de la peinture polonaise du XIXe siècle. 

Survie d'une nation à l'heure de la "polonité"

L'exposition du Louvre-Lens raconte comment, durant un siècle et demi, la Pologne a été rayée de la carte européenne et comment les artistes se sont emparés de la question de l'identité nationale. Les artistes vont imposer un autre point de vue et continuer de faire vivre leur pays. Au moins par le biais de l'art.

La toile monumentale de Jan Matejko intitulée Reytan, la chute de la Pologne, résume cette phase de l'Histoire géopolitique. "C'est un moment très choquant et tragique pour les Polonais", rappelle Agnieszka Rosales-Rodrigues
commissaire-adjointe de l'exposition. 

Rejta ou le déclin de la Pologne
Rejta ou le déclin de la Pologne (The Royal Castle in Wasraw)

A travers les oeuvres exposées, le visiteur perçoit cet esprit unique polonais, que les spécialistes ont alors nommé la Polonité. C'est grâce à ces artistes que la Pologne continue de vivre jusqu'en 1918, année de la reconstitution. 

"Il s'agissait de montrer la formation de la nation, comment on présentait la société, pourquoi la demeure est si importante et aussi quel est le rôle du paysage dans l'évolution de nos sentiments patriotiques", analyse Iwona Danielewicz, commissaire-adjointe de l'exposition. 

Accomplissement, de Wlodzimierz Tetmajer, 1905
Accomplissement, de Wlodzimierz Tetmajer, 1905 (PRACOWNIA FOTOGRAFICZNA MNK)

L'école de La Jeune Pologne

La grande rétrospective du musée est aussi l'occasion de découvrir L'école de la jeune Pologne. Un mouvement artistique qui se développe au début du XXe siècle et qui marque l'entrée de ce courant dans la modernité.

Paysages d\'hiver et passage d\'un oiseau de Falat Julian, 1913
Paysages d'hiver et passage d'un oiseau de Falat Julian, 1913 (WILCZYŃSKI KRZYSZTOF)

Des portraits, des paysages, mais aussi des peintures qui représentent l'humilité d'un peuple et les visages des paysans, jalonnent le parcours. 

Cercueil de paysans d\'Aleksander Gierymski, 1894
Cercueil de paysans d'Aleksander Gierymski, 1894 (LIGIER PIOTR)

Véritable mosaïque de communautés, la Pologne est un territoire à part entière. Juifs, paysans, ouvriers, nobles... les artistes, peignent, en quelque sorte, l’âme d’une nation toujours debout. 

Les Houtsoules, de Władysław JAROCKI,, 1910
Les Houtsoules, de Władysław JAROCKI,, 1910 (WILCZYŃSKI KRZYSZTOF)

Les conservateurs de cette grande rétrospective ont eu un veritable coup de coeur pour cette facette artistique méconnue. Grâce aux prêts prestigieux des musées nationaux polonais et de collections particulières, l’exposition réunit près de 130 tableaux – datés entre 1840 et 1918 – des plus grands noms de la peinture polonaise parmi lesquels Jan Matejko, Józef Brandt, Jacek Malczewski, Józef Chelmonski ou encore Olga Boznanska.

"Pologne, peindre l'âme d'une nation" au Louvre-Lens jusqu'au 20 janvier 2020

Tarif plein : 10€

Le musée est ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 18h (dernier accès et fermeture des caisses à 17h15).

Vous êtes à nouveau en ligne