Le musée de Florence réclame le retour du tableau "Vase de fleurs" de Jan van Huysum volé par les nazis

La Galerie des Offices à Florence en Italie
La Galerie des Offices à Florence en Italie (Photo12 / Gilles Targat)

Le directeur de la Galerie des Offices, la grand musée de Florence, a réclamé mardi à l'Allemagne la restitution du tableau "Vase de fleurs" du peintre néerlandais du XVIIIe siècle Jan van Huysum, volé par les nazis pendant la Deuxième Guerre mondiale.

"Un appel à l'Allemagne pour 2019 : nous formons le voeu que cette année puisse finalement être rendu à la Galerie des Offices le célèbre Vase de fleurs du peintre néerlandais Jan van Huysum volé par les soldats nazis", écrit dans un communiqué Eike Schmidt, le directeur du musée, lui-même de nationalité allemande. Il précise que le tableau est "actuellement détenu par une famille allemande qui, après tout ce temps, ne l'a pas encore rendu au musée, malgré de nombreuses demandes de l'Etat italien".

Il s'agit d'une huile sur toile de 47x35 cm signée Jan van Huysum (1682-1749), un peintre spécialiste des natures mortes, et appartenant depuis 1824 aux collections du Palais Pitti, l'autre grand musée florentin.

Une reproduction en noir et blan exposée au Palais Pitti avec la mention volé

Dans l'attente d'un retour de l'original à Florence, une reproduction en noir et blanc du "Vase de fleurs" de van Huysum est exposée depuis ce mardi 1er janvier au Palais Pitti. Elle porte la mention "Volé" (en italien, anglais et allemand) ainsi qu'une légende explicative qui rappelle aux visiteurs que "l'oeuvre fut volée par les soldats de l'armée nazie en 1944 et se trouve aujourd'hui dans une collection privée allemande".

Saisie par les Allemands pendant la guerre, elle fut transférée en Allemagne où sa trace fut perdue, avant d'être retrouvée en 1991 après la réunification allemande, explique Eike Schmidt. "A cause de cette affaire qui porte atteinte au patrimoine de la Galerie des Offices, les blessures de la Seconde Guerre mondiale et de la terreur nazie ne sont pas cicatrisées", ajoute-t-il. L'historien de l'art estime, en outre, que "l'Allemagne devrait abolir la prescription pour les oeuvres volées pendant le conflit et faire en sorte qu'elles puissent revenir à leurs propriétaires légitimes".  
Vous êtes à nouveau en ligne