Journées du patrimoine : les restaurateurs redonnent vie aux peintures de la chapelle Sainte-Geneviève à Paris

Une restauratrice, pinceau à la main, s\'applique dans la chapelle Sainte-Geneviève, dans l\'église Saint Séverin à Paris.
Une restauratrice, pinceau à la main, s'applique dans la chapelle Sainte-Geneviève, dans l'église Saint Séverin à Paris. (LOU BOURDY / RADIO FRANCE)

À l'occasion de la 37e édition des Journées du patrimoine ce week-end, la mairie de Paris vous invite à découvrir la restauration des églises, comme en l'église Saint-Séverin où se déroule le chantier de rénovation de la chapelle Sainte-Geneviève.

Pour découvrir les murs de la chapelle Sainte-Geneviève, dans l'église Saint Séverin à Paris, il faut grimper tout en haut de l'échafaudage, monter trois étages pour atteindre la voute. et ses huit mètres de hauteur sous plafond. "Nous voilà tout en haut, sous le ciel étoilé, bleu avec des étoiles dorées, comme souvent dans les décors 19e siècle", décrit Alina Moskalik-Detalle. Cette restauratrice de peinture murale est reponsable du chantier de restauration de la sainte patronne de Paris, qui fête cette année son 1 600e anniversaire de naissance.

Tout autour, on découvre des peintures d'Alexandre Hesse, grand peintre du 19e siècle, entierement consacrées à la vie de Sainte-Geneviève. "Il y a de très beaux visages, de jolis mouvements de draperies, il y a une lumière, s'émerveille la restauratrice. La peinture murale, c'est l'ensemble de la chapelle. On rentre, on est à l'intérieur de la peinture."

Une restauratrice à l\'oeuvre dans la chapelle Sainte-Geneviève, dans l\'église Saint Séverin à Paris.
Une restauratrice à l'oeuvre dans la chapelle Sainte-Geneviève, dans l'église Saint Séverin à Paris. (LOU BOURDY / RADIO FRANCE)

Des peintures restaurées deux fois par siècle

Aujourd'hui, les peintures sont comme neuves, mais quand l'équipe est arrivée dans la chapelle à l'hiver dernier, elles étaient quasi-invisibles. "Globalement, elle était juste recouverte de crasse très épaisse et du vernis qui a jauni énormément, qui était donc jaune/vert, se souvient Alina Moskalik-Detalle. Les peintures dans les églises parisiennes sont recouvertes d'une crasse noire et épaisse. On ne les restaure pas évidemment tous les dix ans !"

Elles sont souvent restaurées deux fois par siècle, donc on peut imaginer la quantité de pollution qui est déposée en surface des peintures.Alina Moskalik-Detalle, responsable du chantierà franceinfo

Après des mois de décrassage, on découvre enfin les couleurs ocre, les lumières, et le visage de Sainte-Geneviève. Les restaurateurs peuvent alors s'attaquer à la retouche. "Petit à petit apparaissent un panier, là une tête", remarque Hélène. La restauratrice est penchée sur le mur, palette et pinceau à la main. "On est très content du résultat parce qu'on découvre des choses, ajoute-t-elle. On découvre des matières, des touches, une manière de faire. On découvre des petits accidents de peinture, on se dit 'ah, là, il s'est un peu planté sur la ligne, il a repris à côté... C'est assez marrant, parce qu'on a l'impression d'être dedans. On connaît les ficelles."

Des restauratrices à l\'oeuvre dans la chapelle Sainte-Geneviève, dans l\'église Saint Séverin à Paris.
Des restauratrices à l'oeuvre dans la chapelle Sainte-Geneviève, dans l'église Saint Séverin à Paris. (LOU BOURDY / RADIO FRANCE)

Dans la nouvelle mandature de la Ville de Paris, le budget consacré à la restauration de ces édifices parisiens s'élève à 150 millions d'euros jusqu'en 2026. En l'église Saint-Séverin, il leur faudra près de neuf mois de restauration pour redonner vie à ces peintures, pour un budget de plus de 300 000 euros, investis par un mécène qui veut rester anonyme. C'est un membre de la paroisse qui voulait rendre hommage à sa femme décédée... elle s'appelait Geneviève.

Vous êtes à nouveau en ligne