Pas de droits sur les chorégraphies pour les Clodettes

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Douze anciennes danseuses de Claude François ont été déboutées jeudi de leur demande devant la justice. Elles réclamaient des droits sur leurs chorégraphies des années 1960-1970, régulièrement diffusées à la télévision. Les Clodettes réclamaient 16.000 euros et un calcul de leurs droits sur la période.

Le combat est perdu. Le jugement de la troisième chambre civile du tribunal de grande instance de Paris, rendu jeudi après-midi, constitue une nouvelle déception pour douze Clodettes se considérant lésées depuis des années.

Les anciennes danseuses de Claude François ont été déboutées de leur demande, soit 16.000 euros chacune ; un dédommagement pour leurs années passées au côté du chanteur. Elles avaient assigné en février 2012 la Spedidam (Société de perception et de diffusion des droits des artistes-interprètes), lassées de ne recevoir que 100 à 300 euros de droits annuels depuis 2010, alors que leurs chorégraphies sont régulièrement diffusées à la télévision.

"On se fait avoir "

Pour leur avocat, Maître Daniel Richard, ce combat n'aura cependant pas été vain : "Les Clodettes ont eu le courage de s'attaquer à un mastodonte financier qui gère des millions d'euros dans des conditions d'opacité qu'elles dénoncent ".

Peu avant l'audience, le 24 mai dernier, Lydia "Ketty" Naval avait expliqué : "On est toujours dans l'actualité et la Spedidam a collecté de l'argent avec la variété sans nous le reverser. On se fait avoir ".

Trente-cinq ans après la mort de Claude François, ses Clodettes se sentent aujourd'hui plus que jamais comme les mal aimées.

Vous êtes à nouveau en ligne