Des "nez" ont conçu des parfums à partir de huit chefs-d'œuvre du Louvre

Le musée du Louvre, le 7 juin 2019.
Le musée du Louvre, le 7 juin 2019. (MAUD DUPUY / HANS LUCAS / AFP)

Parmi ces chefs-d'œuvre, "La Victoire" de Samothrace de Massenet ou "La Baigneuse" et "la Grande Oladisque" d'Ingres.

Des "nez" de grandes maisons de parfums ont créé les senteurs de huit chefs-d'œuvre de la peinture et de la sculpture exposés au Louvre, à Paris dans une collaboration inédite entre le plus grand musée français et la marque Officine universelle Buly.

Ramdane Touhami et Victoire de Taillac, qui ont créé il y a cinq ans cette marque, vont présenter huit flacons de parfums du 3 juillet au 6 janvier. Ces parfums seront  exposés dans le décor d'une échoppe du XIXe siècle, dans l'allée du Grand Louvre par laquelle passent les flots de touristes du monde entier.

Ingres, Fragonard, La Tour...

Cet espace de 50 m² accueille des concepts créatifs. Une boutique destinée à valoriser des produits dérivés originaux et d'apporter un supplément de ressources. Mais aussi de permettre aux visiteurs "de découvrir autrement les œuvres", explique le directeur des relations extérieures du musée le plus visité au monde.

La Baigneuse et la Grande Odalisque d'Ingres, Conversation dans un parc de Gainsborough, Saint-Joseph charpentier de La Tour et Le Verrou de Fragonard ont donc chacune leur parfum. En sculpture, La Victoire de Samothrace de Massenet, la Nymphe au scorpion de Batolini et La Venus de Milo de Hérault ont été choisies par cinq créateurs.

Vous êtes à nouveau en ligne