Coronavirus Covid-19 : le Louvre est resté fermé, les agents du musée ont exercé leur droit de retrait dimanche

Le Louvre, le 28 février 2020.
Le Louvre, le 28 février 2020. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Le musée du Louvre, à Paris, n'a pas ouvert ses portes dimanche. Les agents ont demandé qu'une réunion se tienne en lien avec l'épidémie de coronavirus.

"À la suite d'une assemblée générale, les agents du musée, et notamment les agents de surveillance, qui sont en première ligne, ont exercé leur droit de retrait", face aux risques de contamination au coronavirus Covid-19, a annoncé dimanche 1er mars sur franceinfo Céline Alcazar, employée au musée du Louvre et secrétaire de section FSU (SNAC-FSU Culture). 

Un CHSCT doit se tenir lundi après-midi

Le musée du Louvre, à Paris, n'a pas ouvert ses portes dimanche 1er mars. Les agents ont demandé qu'une réunion se tienne en lien avec l'épidémie de coronavirus. Ils "ont souhaité en savoir plus, [sur ce à quoi ils] s’exposent quand ils accueillent le public", explique Céline Alcazar. "Nous avons obtenu qu'un CHSCT [comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail ] exceptionnel se tienne demain [lundi] après-midi", confirme dimanche à franceinfo Christian Galani, membre du bureau national de la CGT-Culture. Il se tiendra à 11h.

>> Epidémie de Covid-19 : suivez les développements en direct avec franceinfo

"Nous avons reçu un mail du DRH du Louvre nous confirmant qu'ils accédaient à la demande formulée ce matin pour qu'un CHSCT exceptionnel se tienne et pour que les représentants du personnel puissent s'exprimer et obtenir une information suffisante de façon à émettre un avis éclairé sur les mesures envisagées face à cette épidémie", explique le syndicaliste.

Le représentant du personnel demande à ce qu'un représentant de la préfecture soit présent lundi à la réunion : "C'est le préfet qui a la compétence pour prendre un arrêté susceptible de fermer l'établissement". Sa présence n'est pas encore confirmée. 

"Manque d'anticipation"

Céline Alcazar, employée du musée du Louvre, précise que chaque jour "des milliers de visiteurs" passent par le musée, et que "85% du public passe dans la salle de la Joconde". "Un brassage de la population assez gigantesque" qui semble inquiéter les agents, en pleine "crise sanitaire mondiale" du coronavirus. "Lorsqu’un ministre dit qu'il faut arrêter les poignées de main et les bises, vous imaginez bien qu’un agent qui est posté à la Joconde, face au public tellement nombreux dans la journée, se pose des questions", déplore la syndicaliste.

Le droit de retrait exercé par les agents met en avant, selon Céline Alcazar, un "manque d'anticipation au musée du Louvre". Elle précise que "les agents ne revendiquent rien, ils souhaitent que la direction générale prenne des mesures très claires face à cette phase 2" de l'épidémie. De son côté, Christian Galani insiste sur "l'inquiétude" et "l'incompréhension" des personnels du Louvre. "Pourquoi certains rassemblements sont interdits, alors que le Louvre reste ouvert ? Qu'est-ce qui justifie que le musée reste ouvert ?", s'interroge-t-il. Il demande des mesures et une communication plus "cohérentes".

"Les visiteurs vont attendre bien longtemps avant d’avoir la moindre information", explique Céline Alcazar qui comme Christian Galani n'envisageaient pas une réouverture du musée dimanche. "Quand vous avez plus de 300 personnes qui exercent leur droit de retrait, il n'y a pas le personnel pour pouvoir ouvrir les salles, donc le musée reste nécessairement porte close", estime le syndicaliste.

Vous êtes à nouveau en ligne