Le musée des Confluences de Lyon bruisse de mini-monstres : un autre regard sur les poux, punaises et autres moustiques

Exposition musée des confluences de Lyon
Exposition musée des confluences de Lyon (Mini-monstres)

L'été est leur saison de prédilection : le musée des Confluences de Lyon consacre une exposition temporaire à ces insectes qui bourdonnent à nos oreilles et qui nous irritent. 

Ils nous piquent, nous tournent autour, se gorgent de notre sang, nous menacent de leurs piqûres ou autres morsures. Ils sont des milliards et plus encore à voler au-dessus de nos têtes ou envahir nos espaces de vie. Ces vampires minuscules  s'appellent poux, puces, moustiques, punaises de lit, tiques, mouches et acariens. Le musée des Confluences de Lyon s'empare de ces sales petites bêtes pour les rendre visibles et les décortiquer à coup de microscope et de scénographie du fantastique ... ou de l'horreur ! 

Pour la première fois de sa toute jeune existence, le musée des Confluences propose une exposition à destination des 7-12 ans. Le visiteur bascule dans un monde où l’infiniment petit est mis en scène.

C'est sûr, on n'a pas d'empathie avec ces animaux... on propose un autre regard sur ces espècesCécilia Fregonara, commissaire de l'exposition

Toutes les échelles sont modifiées, les grossissements proposés permettent une immersion dans la vie et l'organisation de ces parasites de l'homme. D'exceptionnelles images de sept espèces ont été captées au microscope électronique pour être rendues plus que visibles...

Ainsi le visiteur apprend quelle fonction ont ces êtres minuscules au coeur de notre écosystème. Il découvre aussi comment ces parasites tirent allègrement parti de notre corps, quelles prouesses ils sont capables de réaliser malgré leur taille minuscule mais aussi quelles nuisances ils causent...

L'histoire a également sa place dans la déambulation : des loupes, des microscopes et d'anciens dessins permettent de retracer les progrès réalisés dans l’observation de ces créatures et de s’initier à son tour au maniement de ces instruments. 

C'est plus difficile d'écrire pour un public plus jeune, car il faut écrire de façon plus accessible, sans être simpliste tout en étant très justeHélène Lafont-Couturier, directrice du musée des Confluences

Cette nouvelle exposition temporaire consacrée aux poux, moustiques, acariens et autres insectes que l’on n’aime pas beaucoup est visible jusqu'au 3 mai 2020.

Vous êtes à nouveau en ligne