John Baldessari, pilier de l'art conceptuel américain, est mort à 88 ans

John Baldessari devant une de ses oeuvres (\"Prima Facie (Third State) : From Aghast to Upset\"), au Metropolitan Museum de New York le 18 octobre 2010
John Baldessari devant une de ses oeuvres ("Prima Facie (Third State) : From Aghast to Upset"), au Metropolitan Museum de New York le 18 octobre 2010 (TIMOTHY A. CLARY / AFP)

John Baldessari, figure de l'art conceptuel américain qui a influencé des générations d'artistes avec son enseignement et ses oeuvres ironiques, est mort à Los Angeles à l'âge de 88 ans.

Le grand artiste californien John Baldessari, pionnier de l'art conceptuel qui depuis les années 1960 utilisait la peinture, le texte et l'image photographique pour réaliser des œuvres pleine d'humour alliant Magritte et Duchamp, est mort chez lui à Venice (Los Angeles), a confirmé dimanche 5 janvier son agent Virginia Gatelein, citée par le New York Times.

Peintre abstrait dans les années 1950, il avait brûlé en 1970 toutes ses premières œuvres et s'était mis à utiliser la photographie, la vidéo, le texte, la sculpture pour inventer un art conceptuel plein d'humour et de couleurs, pas austère du tout.

Né en 1931 à National City en Californie dans une famille d'immigrés modeste, John Baldessari étudie les arts plastiques à San Diego. Il devient professeur d'arts plastiques en lycée. Il travaille un été avec des jeunes délinquants ; il avait été embauché en raison de sa taille imposante, ironisait-il. Il mesurait plus de deux mètres. Il continuera plus tard à enseigner, au California Institute of the Arts et à l'Université de Los Angeles, nourrissant des générations d'artistes.

\"Beethoven\'s Trumpet\" de John Baldessari, exposé à la Fundacio Joan Miro de Barcelone dans le cadre de l\'exposition \"Sound Art\" (26 octobre 2019)
"Beethoven's Trumpet" de John Baldessari, exposé à la Fundacio Joan Miro de Barcelone dans le cadre de l'exposition "Sound Art" (26 octobre 2019) (ANDREU DALMAU/ EFE / SIPA)

Je ne ferai plus d'art ennuyeux

Dès les années 1960, il introduit des titres ou des textes ironiques dans ses peintures. Et en 1970, quand il décide de brûler toutes ses oeuvres traditionnelles, il se met à faire des vidéos avec ses étudiants. Il leur fait écrire sur les murs une phrase devenue célèbre qui sera déclinée sous plusieurs formes : "I will not make any more boring art" (je ne ferai plus d'art ennuyeux). Il mêle sa peinture à l'image photographique, à la sculpture, à l'écriture.

"Je n'ai aucun regret d'avoir tout brûlé, je n'ai aucun rapport possessif à mon art", confiait-il au Monde en 2005 (article réservé aux abonnés). "J'ai fait cette 'Crémation' quand j'ai compris que le champ de l'art était bien plus vaste que la peinture et la sculpture, que j'avais étudiées de manière très classique. A cette époque, nous étions plein à le penser, l'art commençait à s'épuiser, il fallait lui donner un nouvel essor."

Apprendre l'alphabet à une plante

Dans une célèbre vidéo de 1972 (Teaching A Plant The Alphabet) il plaçait des feuilles avec des lettres devant une plante en pot. Celle-ci ne réagit pas. "Quand je pense que j'enseigne, je n'enseigne sans doute pas. Quand je pense que je n'enseigne pas je le fais sans doute", disait-il (cité par le New York Times).

Dans les années 1980 il fait des collages de photographies et d'images de films de Hollywood, trouvées dans le commerce. Il colle des prix sur des visages de personnages publics qu'il n'aime pas, il peint des cercles colorés sur des visages d'acteurs de série B… Il dit à ses étudiants : "Ne regardez pas les choses, regardez entre les choses", rapporte le New York Times.

Une oeuvre de John Baldessari (\"Tips For Artists Who Want To Sell\", Quelques astuces pour les artistes qui veulent vendre, 1966-1968) exposée à la Tate Modern de Londres dans le cadre d\'une rétrospective en octobre 2009
Une oeuvre de John Baldessari ("Tips For Artists Who Want To Sell", Quelques astuces pour les artistes qui veulent vendre, 1966-1968) exposée à la Tate Modern de Londres dans le cadre d'une rétrospective en octobre 2009 (NILS JORGENSEN / REX FE / REX / SIPA)

Lion d'or pour l'ensemble de sa carrière

Récemment, il s'était inspiré des grands maîtres, Giotto, Chirico, Duchamp, Gauguin, Manet, Courbet, Andy Warhol, David Hockney : il mêlait des images de leurs oeuvres, les noms des artistes, des titres de chansons ou de films. Il avait exposé ces œuvres à Moscou en 2013 sous le titre 1+1=1

Lion d'or pour l'ensemble de sa carrière à la Biennale de Venise, John Baldessari avait reçu la médaille nationale des arts des mains du président Barack Obama en 2015.

Vous êtes à nouveau en ligne