Festival du Merveilleux : prenez la pose le temps d'une photo au Musée des Arts Forains

Le selfie en version 19e siècle...
Le selfie en version 19e siècle... (France 3 Culturebox (capture d'écran))

Si votre vie connaît un léger déficit de féerie, profitez des vacances pour aller faire un tour au 9e Festival du Merveilleux au Musée des Arts Forains à Paris. Jusqu’au 6 janvier, 8000 m² de décors féeriques sont ouverts exceptionnellement au grand public qui peut se mettre en scène et prendre la pose pour devenir, le temps d’une photo, meneuse de revue ou fakir facétieux.

Le Musée des Arts Forains est un lieu à part créé en 1996 par Jean-Paul Favand, ancien comédien et collectionneur privé qui a voulu partager sa passion des manèges et des arts forains. Le lieu recèle une collection unique d’objets de spectacle du 19e et 20e siècle, autour des thèmes des cabinets de curiosités, du carnaval, des jardins extraordinaires et de la fête foraine de la Belle Époque. Seule restriction : ce musée-spectacle se visite tous les jours de l’année mais uniquement sur réservation.

Ouvert sans restriction

Heureusement, il y a deux occasions de s'y rendre sans restriction : lors des Journées du patrimoine et du Festival du Merveilleux. Pendant les douze jours du Festival, des spectacles, animations et représentations numériques sont proposés. Et ce qui attire le plus les familles, ce sont les décors et costumes conçus spécialement pour l’occasion et qui permettent au public de se glisser dans la peau d’une danseuse de French Cancan, de militaires impériaux, d’un haltérophile ou de personnages de cartes de vœux.

Reportage : France 3 Ile-de-France - N. Metauer / N. Loncarevic /J-M. Levasseur / T. Guiet

L'ancêtre du selfie ?

A l’époque du selfie-roi, les visiteurs s’extasient et s’amusent de ses mises en situation comme le note Jean-Paul Favand :

Au 19e siècle, ces autoportraits photographiques étaient très prisés dans les fêtes foraines. Les photos étaient rares. On allait s’immortaliser, on s’installait dans un décor, on jouait un rôle".

12 jours de festivités

Jongleurs, conteurs et musiciens sont aussi au programme au cœur du théâtre de verdure. Le Festival est aussi l’occasion de faire quelques tours sur des manèges anciens, de découvrir les ballets d’automates, les musiques mécaniques et les illusions d’optiques. De quoi faire décrocher les enfants (et aussi les adultes) de leurs satanés écrans !
Vous êtes à nouveau en ligne