"Piano Piano", création musicale et hypnotique d'Aurélien Bory aux Jacobins de Toulouse

Le metteur en scène toulousain Aurélien Bory présente son installation \"Piano Piano\"
Le metteur en scène toulousain Aurélien Bory présente son installation "Piano Piano" (France 3 Toulouse)

Le metteur en scène toulousain a créé tout spécialement cette installation d'art contemporain pour les 40 ans du festival Piano aux Jacobins. 

Après le cirque, la danse ou l'opéra, le metteur en scène Aurélien Bory dévoile une nouvelle facette de son talent. Son installation Piano Piano est une oeuvre cinétique et musicale, un duo hypnotique pour claviers, un clair-obscur lancinant qui donne un autre visage au réfectoire du couvent des Jacobins.

Ce lieu participe par son acoustique, c'est le lieu qui joue du piano, et on entend l'oeuvre complètement différemment.Aurélien Bory

L'art du déphasage 

L'installation Piano Piano, imaginée par Aurélien Bory est un hommage à Piano Phase du compositeur américain Steve Reich, une oeuvre qui date de 1967. Une création contemporaine que la chorégraphe Anne-Teresa de Keersmaeker avait mise en danse dans la pièce Fase en 1982. 

Youtube
Pour cette nouvelle transcription de l'oeuvre de Reich, Aurélien Bory a installé deux pianos entre les murs du couvent des Jacobins. Tous deux tournent à la même vitesse et jouent le même morceau mais à des tempos différents. C'est ce qu'on appelle l'art du déphasage. 

Décryptage avec l'artiste

Dans l'obscurité du couvent, certains visiteurs se laissent happer par le mouvement obsédant de la musique et de la lumière. "Je trouve que ça touche l'âme intérieure de l'être humain, c'est quelque chose auquel on n'a accès qu'au moment présent", confie une femme dans le public. Un dialogue pianistique abstrait décrypté par Aurélien Bory, présent en personne dans le réfectoire. "Il y a un des pianistes qui accélère et c'est ce déphasage, inventé par Steve Reich, qui permet d'entendre de nouveaux motifs musicaux", explique l'artiste à la visiteuse.

L'oeuvre Piano Piano est à voir et à écouter jusqu'au 29 septembre dans le cadre du 40e Festival Piano aux Jacobins

Vous êtes à nouveau en ligne