"Les Extatiques", exposition d'art contemporain en plein air à La Défense et à la Seine Musicale

\"Environnement de transchromie circulaire 1965-2017\" de l’artiste d\'origine vénézuélienne Carlos Croz-Diez, exposé sur l\'esplanade de La Défense dans le cadre de la troisième édition de l\'exposition d\'art contemporain en plein air \"Les Extatiques\" en juin 2020.
"Environnement de transchromie circulaire 1965-2017" de l’artiste d'origine vénézuélienne Carlos Croz-Diez, exposé sur l'esplanade de La Défense dans le cadre de la troisième édition de l'exposition d'art contemporain en plein air "Les Extatiques" en juin 2020. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

C'est la troisième édition de cette manifestation en libre accès, où le passant est invité à faire une expérience de l'art dans la ville, avec des oeuvres spécialement conçues pour l'occasion.

Des oeuvres d'art qui jouent avec le soleil, le paysage et l'architecture: la troisième édition de l'exposition d'art contemporain Les Extatiques ouvre vendredi 26 juin à La Défense mais également pour la première fois autour du complexe événementiel de la Seine Musicale.

"Le meilleur accès démocratique"

C'est "une autre manière de voir la vie, l'architecture, les espaces", avec "un prisme différent", celui des artistes, résume Fabrice Bousteau, le commissaire de l'exposition et directeur de la rédaction de Beaux Arts magazine. Intitulée Rien à Voir, l'exposition dévoile une vingtaine d'oeuvres en plein air, en accès libre. Elles ont pour la plupart été conçues spécialement pour l'événement dans le but de "créer un dialogue inédit avec l'environnement".

"Moi je milite (...) pour mettre les oeuvres d'art dans l'espace public parce que c'est gratuit, donc c'est le meilleur accès démocratique et ça crée une surprise du quotidien", a expliqué à l'AFP Fabrice Bousteau.

Expérience sensorielle

Parmi les oeuvres présentées à la Seine Musicale, Méandre, d'Elsa Sahal, perchée au coeur de l'île Seguin et dont les courbes et les formes font écho à celles du fleuve qu'elle domine. 

\"Meandre\" de l\'artiste française Elsa Sahal displayed  exposé sur l\'esplanade de La Défense dans le cadre de la troisième édition de l\'exposition d\'art contemporain en plein air \"Les Extatiques\" en juin 2020.
"Meandre" de l'artiste française Elsa Sahal displayed  exposé sur l'esplanade de La Défense dans le cadre de la troisième édition de l'exposition d'art contemporain en plein air "Les Extatiques" en juin 2020. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)
"C'est une sorte de monstre sorti de l'eau accompagné d'une flore sous-marine qui est représentée par ces éléments en céramique, sur lesquels on peut s'assoir et méditer sur le lien entre l'homme et la nature, le lien qu'on a avec l'eau et le monde sous-marin" raconte l'artiste.

D'autres oeuvres, comme Le jour où les fleurs ont gelé, de Julie C. Fortier, ou Screwd Harmonies de Matteo Nasini, offrent une expérience sensorielle au visiteur, mettant respectivement l'accent sur l'odorat et l'écoute.

\"Le jour ou les fleurs ont gele 2020\" (The Day the Flowers Froze) par l\'artiste candienne Julie C Fortier exposé au sein des jardin de la Seine Musicale (Boulogne-Billancourt), dans le cadre de la troisième édition de l\'exposition d\'art contemporain en plein air \"Les Extatiques\" en juin 2020.
"Le jour ou les fleurs ont gele 2020" (The Day the Flowers Froze) par l'artiste candienne Julie C Fortier exposé au sein des jardin de la Seine Musicale (Boulogne-Billancourt), dans le cadre de la troisième édition de l'exposition d'art contemporain en plein air "Les Extatiques" en juin 2020. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

A La Défense, le visiteur peut déambuler et découvrir les oeuvres une à une sur l'Esplanade. Au bout du circuit, l'obélisque d'Iván Argote forme une arche dont la pointe s'étale lourdement sur le sol.

"L'obélisque, pour moi, est un symbole de force et de pouvoir. Je voulais lui enlever toute cette masculinité et la laisser à terre", explique l'artiste colombien dont l'oeuvre est située, non sans symbole, au coeur du quartier d'affaire et dans le même axe que celle qui trône sur la place de la Concorde.

Vous êtes à nouveau en ligne