Jean-Marie Le Pen affirme que l'incendie de Notre-Dame serait "criminel"

Jean-Marie Lepen, ancien président du Front National, au pied de la statue de Jeanne d\'Arc le 1er mai 2019
Jean-Marie Lepen, ancien président du Front National, au pied de la statue de Jeanne d'Arc le 1er mai 2019 (NICOLAS MESSYASZ/SIPA)

L'ancien président du Front National met en cause un "service", sans le nommer. 

Jean-Marie Le Pen, ancien président du Front national (devenu Rassemblement national), a affirmé que l'incendie de Notre-Dame de Paris était "criminel", et "probablement le fait d'un service" qu'il n'a pas nommé, mercredi à Paris, lors de son hommage traditionnel du 1er mai à Jeanne d'Arc.

"De l'avis des spécialistes les plus avertis"

"Cette année, deux des grandes églises de Paris ont été l'objet d'incendies dont je pense très sérieusement qu'ils étaient criminels", a affirmé M. Le Pen, faisant allusion à l'incendie de Notre-Dame et celui de l'église Saint-Sulpice (dans le VIe arrondissement de Paris), le 17 mars.

Selon lui, "de l'avis des spécialistes les plus avertis, l'incendie de Notre-Dame est un incendie criminel car il n'a pu venir inopinément comme cela, sur des poutres qui font un mètre carré de section et qui ont 700 ans". "Essayez donc de brûler une bûche de chêne et vous verrez ce qu'il faut!", a-t-il lancé aux quelques dizaines de personnes qui s'étaient rassemblées au pied de la statut équestre de Jeanne d'Arc pour l'écouter.

Enquête pour "destruction involontaire"

"C'est probablement le fait d'un service, car le matériel mis en oeuvre et la diffusion de la flamme ont nécessité une organisation qui dépasse sans doute celle d'une initiative personnelle", a-t-il ajouté. "Ces feux doivent être pour nous un avertissement (...) Depuis des années, nous dénonçons le transfert de population qui se fait des pays extra-européens vers l'Europe, en particulier vers la France", a-t-il également affirmé.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour "destruction involontaire par incendie". Tous les scénarios restaient envisageables après l'incendie de Notre-Dame, le 15 avril : court-circuit, "point chaud" provoqué par une soudure au chalumeau, cigarette, etc, selon une source proche de l'enquête.

Vous êtes à nouveau en ligne