Des architectes s'élèvent contre un projet de centre commercial à la Gare du Nord, à Paris

La Gare du Nord, à Paris (11 janvier 2019)
La Gare du Nord, à Paris (11 janvier 2019) (ERIC PIERMONT / AFP)

Dans une tribune, des grands noms de l'architecture jugent "inacceptable" un projet de centre commercial et de bureaux à la Gare du Nord, à Paris. Selon eux, il est préjudiciable tant du point de vue du futur confort des usagers que sur le plan du patrimoine.

Les architectes Jean Nouvel et Roland Castro figurent parmi le collectif d'une vingtaine d'urbanistes et historiens d'art français et étrangers qui s'élèvent, dans une tribune publiée mardi dans Le Monde, contre ce projet de centre commercial et de bureaux à la Gare du Nord, à Paris.

"Une grave erreur urbaine" et "une grave offense aux usagers"

Dans ce texte, les signataires demandent que "ce projet pharaonique soit repensé de fond en comble", estimant qu'en l'état "il s'agit d'abord d'une grave offense aux usagers du transport". Ils expliquent : "La gare du Nord est le principal pôle d’échanges de France et d’Europe : 700 000 voyageurs par jour, dont 500 000 pour le seul trafic de banlieue. Le premier objectif d’une réorganisation (...) doit être de leur offrir un lieu (...) d’échanges aussi confortables que possible, dans des parcours quotidiens souvent harassants. Obliger des centaines de milliers de personnes à traverser des espaces commerciaux devient insupportable lorsque ce cadeau au commerce se paie de parcours allongés et inutilement compliqués. Or le projet prévoit d’interdire l’accès direct aux quais tel qu’il se pratique aujourd’hui. Qu’il aille à Soissons ou à Bruxelles, le voyageur devra d’abord monter à 6 mètres de hauteur dans le centre commercial, tout à l’est de la gare, puis accéder aux quais par des passerelles, des escaliers et des ascenseurs. Cela veut dire : plus de distance à parcourir, des temps d’accès nettement augmentés. Indécent."

"La SNCF, associée à Auchan (via sa filiale Ceetrus), publie depuis quelques mois des dessins et des discours lénifiants sur son projet de transformation de la gare du Nord, qui créerait plus de 50 000 m2 de surfaces construites nouvelles, dont un immense centre commercial de près de 20 000 m2 et des bureaux, le tout rebaptisé pour la circonstance +lieu de vie+", indique le texte signé aussi par Marc Barani, Grand Prix national de l'architecture 2013, et Jean-Louis Cohen, historien de l'architecture et de l'urbanisme, professeur au Collège de France.

"Ce projet est une grave erreur urbaine. Implanter une telle masse de commerces et d'activités à la gare du Nord, dans un ensemble fermé sur lui-même, dans une zone déjà saturée de trafic, à une station de RER de Saint-Denis, cœur de l'agglomération des neuf villes de Plaine Commune, est une atteinte à la volonté de rééquilibrer les activités dans Paris, et plus encore dans l'espace du Grand Paris", ajoutent les signataires, rappelant que "les centres commerciaux récents sont à la peine partout".

Un projet "inacceptable sur le plan patrimonial"

Les architectes, urbanistes et historiens d'art à l'origine de la tribune considèrent aussi que le projet "est inacceptable sur le plan patrimonial", soulignant que la gare du Nord, "l'une des six gares mythiques de Paris", est inscrite à l'inventaire des Monuments historiques.

Barry Bergdoll, historien de l'art et de l'architecture à la Columbia University et au Musée d'art moderne de New York, l'économiste Laurent Théry et l'ingénieur Pierre Veltz, tous deux Grand Prix de l'urbanisme, signent également cette tribune alors que le projet subit un contretemps avec le blocage de son permis de construire.

La Commission départementale d'aménagement commercial (CDAC) a rendu récemment un avis défavorable sur "l'extension de 16.321 mètres carrés de l'ensemble commercial". Cette extension est l'un d'un pilier de la transformation à venir de la première gare d'Europe, un projet gigantesque qui doit être mené à bien d'ici à 2024 pour les Jeux Olympiques de Paris.

Vous êtes à nouveau en ligne