À 40 ans, le Centre Pompidou joue la carte de l'exportation pour enrichir sa collection

Le Centre Pompidou-Malaga, inauguré le 28 mars 2015, la accueilli 320 000 visiteurs au cours des dix-huit premiers mois.  
Le Centre Pompidou-Malaga, inauguré le 28 mars 2015, la accueilli 320 000 visiteurs au cours des dix-huit premiers mois.   (RADIO FRANCE / ANNE CHEPEAU)

Le Centre Pompidou, qui fête mardi ses 40 ans, s'implante à l’étranger pour mieux assurer son avenir. Après une implantation en Espagne, "Beaubourg" regarde vers la Chine. 

Le Centre Pompidou fête ses 40 ans, mardi 31 janvier. S'il a été inauguré le 31 janvier 1977 sur fond de polémique, plus personne ne conteste son bien-fondé, au point de jouer la carte de l'implantation à l'étranger. Après le succès de son atterrissage en Espagne, des projets sont en cours en Chine et en Belgique.

Une délocalisation "payante" en Andalousie

L'implantation à l'étranger offre au Centre Pompidou au moins deux avantages : montrer sa collection alors qu’il ne peut exposer que 6 à 7% de ses 120 000 œuvres et trouver de nouvelles ressources. À Malaga, en Espagne, où le premier Centre Pompidou provisoire a ouvert en mars 2015, la redevance pour l’utilisation de la marque rapporterait chaque année environ 1,5 million d’euros par an. Il faut y ajouter les quelque 2 millions d’euros versés pour l’organisation des expositions. Ce sont des recettes qui compensent, en partie, la baisse des subventions. Côté terre d'accueil, le bénéfice est aussi incontestable. Le Centre Pompidou-Malaga a ouvert ses portes à 320 000 visiteurs, au cours des dix-huit premiers mois.  

Après avoir accueilli en 40 ans quelques cent millions de visiteurs et organisé pas moins de 325 expositions, le Centre Pompidou compte bien poursuivre son implantation à l’étranger afin d'assurer son avenir.

Le Centre Pompidou bientôt à Shangai et Bruxelles

En Chine, l’intérêt d'une implantation pour le Centre Pompidou est autant financier qu’artistique. Fabrice Bousteau, directeur de Beaux-Arts Magazine estime qu'il est nécessaire d'être au plus près du marché de l'art contemporain chinois et de son million d'artistes. "Les stars de l'art contemporain chinois sont inaccessibles à l'achat pour le Centre Pompidou", souligne Fabrice Bousteau. L'implantation en Chine permettrait, selon lui, "d'avoir des donations de la part de ces artistes ou de les acquérir à des prix moindres". Sans oublier, les éventuelles donations de la part des collectionneurs. "L'intérêt du Centre Pompidou, c'est d'enrichir sa collection", ajoute le directeur de Beaux Arts Magazine. 

L’accord pour l’ouverture du Pompidou Shangai pourrait être scellé dans les prochaines semaines. Un autre projet est à l'étude, cette fois à Bruxelles. Le Centre Pompidou est d’ores et déjà partie prenante du projet de grand pôle culturel qui devrait ouvrir en 2020. 

Le Centre Pompidou fête ses 40 ans et joue la carte de l'exportation : un reportage d'Anne Chépeau
--'--
--'--

L’anniversaire du Centre Pompidou sera célébré le week-end du 4 et 5 février 2017 avec un programme festif gratuit : deux jours de parade, de performances, de concerts et de visites guidées. 

Vous êtes à nouveau en ligne