Consommation : le train à 1 euro

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Vous n'avez peur de rien ? Vous êtes venus pour ça. Oui. D'habitude on va dans les parcs, mais là, la mer, ça change. Grâce au conseil régional, 70.000 Nordistes profiteront du grand air cet été et ils ont encore trois week-ends pour le faire. Revenons a l'actualité avec la situation en Egypte, avant de faire le point ce soir avec notre envoyé spéciale au Caire. Voici une illustration de la fracture béante au sein de la population entre partisans des Frères musulmans et les opposants de l'ex-président. Regards croisés. Ce chef d'entreprise milite contre le président déchu, M. Morsi. Ce médecin, lui, le soutient. Deux visages, deux visions, qui semblent s'éloigner. C'est une révolution bis. Ce n'est pas un coup d'état militaire. C'est un coup d'état, il aurait dû terminer son mandat. Torra Fiani n'avait pas voté Morsi. Mais après son élection, il voulait lui laisser le bénéfice du douté. Sur le plan économique, il y avait un ralentissement mais une fuite de capitaux et de cerveaux. Tout ce que le pays a construit de moderne degringolait. A ce compte-là, il y aura un nouveau président. Nous ne serons pas satisfaits de sa gouvernance et on dira va en enfer. Pour le médecin, l'armée, en destituant Morsi, a divisé le peuple. Nous sommes probablement voisins.

Vous n'avez peur de rien ? Vous êtes venus pour ça.

Oui.

D'habitude on va dans les parcs, mais là, la mer, ça change.

Grâce au conseil régional, 70.000 Nordistes profiteront du grand air cet été et ils ont encore trois week-ends pour le faire.

Revenons a l'actualité avec la situation en Egypte, avant de faire le point ce soir avec notre envoyé spéciale au Caire. Voici une illustration de la fracture béante au sein de la population entre partisans des Frères musulmans et les opposants de l'ex-président. Regards croisés.

Ce chef d'entreprise milite contre le président déchu, M. Morsi. Ce médecin, lui, le soutient. Deux visages, deux visions, qui semblent s'éloigner.

C'est une révolution bis. Ce n'est pas un coup d'état militaire.

C'est un coup d'état, il aurait dû terminer son mandat.

Torra Fiani n'avait pas voté Morsi. Mais après son élection, il voulait lui laisser le bénéfice du douté.

Sur le plan économique, il y avait un ralentissement mais une fuite de capitaux et de cerveaux. Tout ce que le pays a construit de moderne degringolait.

A ce compte-là, il y aura un nouveau président. Nous ne serons pas satisfaits de sa gouvernance et on dira va en enfer.

Pour le médecin, l'armée, en destituant Morsi, a divisé le peuple.

Nous sommes probablement voisins.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne