Chômage : un retour à l'emploi difficile

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

je 'nai pas pour ambition de jouer les arbitres, mais proposer autre chose. Le résultat de ce scrutin est incrtain. Dans ce contexte, les mauvais chiffres du chômage ont été publiés. 31.500 demandeurs supplémentaires en février. Avec une tendance qui se confirme: le difficile retour à l'emploi pour les chômeurs de longue durée. Voici deux exemples, ils ont 49 ans tous les deux. A gauche, Alain est chômage depuis 10 mois. A droite, René est sans emploi depuis 3 ans. Tous les deux se sentent mis à l'écart. Alain, technicien auto, a d'abord cherché dans son secteur et sa région. Sans résultat. Son chômage est une situation qui change le regard des autres. Comment on explique ça dans la famille ? On nous prend pour des assistés. Nous l'avions rencontré l'an dernier. Cette lettre est ma lettre de licenciement. A l'époque, il venait de perdre son emploi après 23 ans dans la même entreprise. Il garde espoir de retrouver un emploi conforme à son CV. Je veux quelque chose qui se rapproche de mon salaire. Si je n'y arrive pas, je vais être obligé de revoir mes intentions. René, carreleur-marbrier, est un chômeur de longue durée. 3 ans sans emploi. Il a réussi à décrocher quelques rares et courtes missions. Et pour lui, c'est une bouffée d'air. J'ai travaillé le mois dernier. Ça m'a fait du bien. Car on panique. En février 2012, il était suivi par Pôle emploi. Il ne perçoit plus d'allocations aujourd'hui et touche 500 euros d'aide par mois. Pôle emploi, dit-il, n'a plus rien à lui proposer. Je n'ai plus de convocation. Comment le vivez-vous. Comme un abandon.

je 'nai pas pour ambition de jouer les arbitres, mais proposer autre chose.

Le résultat de ce scrutin est incrtain.

Dans ce contexte, les mauvais chiffres du chômage ont été publiés. 31.500 demandeurs supplémentaires en février. Avec une tendance qui se confirme: le difficile retour à l'emploi pour les chômeurs de longue durée. Voici deux exemples, ils ont 49 ans tous les deux.

A gauche, Alain est chômage depuis 10 mois. A droite, René est sans emploi depuis 3 ans. Tous les deux se sentent mis à l'écart. Alain, technicien auto, a d'abord cherché dans son secteur et sa région. Sans résultat. Son chômage est une situation qui change le regard des autres.

Comment on explique ça dans la famille ? On nous prend pour des assistés.

Nous l'avions rencontré l'an dernier.

Cette lettre est ma lettre de licenciement.

A l'époque, il venait de perdre son emploi après 23 ans dans la même entreprise. Il garde espoir de retrouver un emploi conforme à son CV.

Je veux quelque chose qui se rapproche de mon salaire. Si je n'y arrive pas, je vais être obligé de revoir mes intentions.

René, carreleur-marbrier, est un chômeur de longue durée. 3 ans sans emploi. Il a réussi à décrocher quelques rares et courtes missions. Et pour lui, c'est une bouffée d'air.

J'ai travaillé le mois dernier. Ça m'a fait du bien. Car on panique.

En février 2012, il était suivi par Pôle emploi. Il ne perçoit plus d'allocations aujourd'hui et touche 500 euros d'aide par mois. Pôle emploi, dit-il, n'a plus rien à lui proposer.

Je n'ai plus de convocation.

Comment le vivez-vous.

Comme un abandon.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne