VIDEO. Edouard Philippe, François Fillon et Claude Bartolone : quand les députés raillaient la transparence en politique

FRANCEINFO

En 2013, certains élus avait largement critiqué la publication de leur déclaration de patrimoine. Alors que le sujet de la moralisation de la vie politique revient dans l'actualité, franceinfo s'est plongé dans les archives.

"On va peut-être bousculer certaines habitudes, mais on va faire le travail." Le garde des Sceaux, François Bayrou, a engagé le chantier de la loi sur la moralisation de la vie politique. Il a en effet rencontré, lundi 22 mai, des associations et un député en première ligne dans la lutte contre la corruption. Ce texte, le premier du quinquennat, doit être présenté en Conseil des ministres avant les législatives des 11 et 18 juin.

"Je n’aime pas ce voyeurisme"

L'Assemblée s'était déjà penchée sur la question. En 2013, elle avait voté sous le quinquennat Hollande deux grandes lois instaurant notamment les déclarations de patrimoine des parlementaires, la création d'un parquet national financier et d'une Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Et la nouvelle n'avait, à l'époque, pas enchanté certains députés. "Je n’aime pas ce voyeurisme", avait lancé François Fillon sur France 2. Claude Bartolone, président de l'Assemblée, avait critiqué une "démocratie paparazzi". L'actuel Premier ministre, Edouard Philippe, avait, lui, distillé des commentaires dans sa déclaration : "Je ne suis pas certain de comprendre la question", avait-il raillé.

Vous êtes à nouveau en ligne