VIDEO. Christian Estrosi ou l'effet girouette

FRANCEINFO

Avant d'aficher son soutien à Emmanuel Macron, Christian Estrosi s'est souvent fait remarquer pour des prises de parole à droite de la droite.

"Il n'y a qu'un choix possible au second tour de l'élection présidentielle, c'est de choisir M. Macron comme président pour la République française", a lancé Christian Estrosi, le 26 avril, après le premier tour. Son objectif : faire barrage au Front national. Déjà au début du mois d'avril, le président (LR) de la région Paca avait reçu à Marseille le candidat d'En marche !. Pourtant, Christian Estrosi s'est souvent fait remarquer pour ses positions très à droite.

"Aucune porosité" avec le FN

Dans sa ville de Nice, l'ancien maire, aujourd'hui premier adjoint, a encadré, depuis le 1er juin 2012, les mariages pour éviter que "la quiétude, la tranquillité et la solennité de l'instant" ne soit troublée. Christian Estrosi a ainsi ciblé ceux qui "viennent avec des drapeaux étrangers faire du tohu-bohu autour de [sa] mairie". Christian Estrosi avait également pointé du doigt les gens du voyage, leur promettant, en 2013, de les "mater". Il avait aussi déclenché une polémique, en avril 2015, en évoquant "les cinquièmes colonnes et [leurs] réseaux infiltrés dans nos caves, dans nos garages".

Mais depuis les élections régionales en décembre 2015, et le second tour qui l'a opposé à Marion Maréchal-Le Pen, Christian Estrosi a adopté un discours beaucoup plus modéré. Il multiplie désormais les attaques envers le Front national, "le véritable ennemi à abattre." Il assure également qu'il n'y a "aucune porosité" entre le parti de Marine Le Pen et Les Républicains.

Vous êtes à nouveau en ligne