Chine : accord sur l'importation de charcuterie française

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Les autorités chinoises ont donné leur feu vert aux importations de charcuterie française. La décision a été annoncée dans le cadre de la visite du président Xi Jinping à Paris. Une bonne nouvelle pour les producteurs car, à la clef, il y a un nouveau marché considérable. C'est un jambon de Bayonne qui vient d'obtenir un visa pour Pékin. Ce jambon a déjà conquis près de 60 pays à travers le monde. Mais la signature d'un agrément d'exportation vers la Chine est une première. Un succès pour l'entreprise qui le produit dans la tradition. On passe une quantité de sel comme à l'ancienne. Et on caresse l'entame pour que le sel puisse bien pénétrer. 700.000 jambons/an sortent ainsi des ateliers de salage. Et c'est leur label d'indication géographique protégé qui a séduit les Chinois. Ils ont contrôlé la qualité de la matière première, la chaîne du froid, l'hygiène du personnel et des locaux, le suivi de fabrication. Dans un 1er temps, 50.000 pièces devraient être exportées par an. Uniquement des jambons entiers ou désossés. On a vu qu'ils appréciaient notre jambon avec ce fondant. On n'a pas vocation à modifier notre produit pour le vendre en Chine. Les prix ne sont pas encore fixés. Sur les marchés de Pékin, c'est l'interrogation des clients. On y trouve des jambons européens considérés comme du luxe. Je mange souvent du jambon d'origine espagnole ou italienne. Mais la charcuterie importée est trop chère. Avec l'émergence de la classe moyenne, la Chine est vue comme l'un des principaux marchés au monde pour la charcuterie.

Les autorités chinoises ont donné leur feu vert aux importations de charcuterie française. La décision a été annoncée dans le cadre de la visite du président Xi Jinping à Paris. Une bonne nouvelle pour les producteurs car, à la clef, il y a un nouveau marché considérable.

C'est un jambon de Bayonne qui vient d'obtenir un visa pour Pékin. Ce jambon a déjà conquis près de 60 pays à travers le monde. Mais la signature d'un agrément d'exportation vers la Chine est une première. Un succès pour l'entreprise qui le produit dans la tradition.

On passe une quantité de sel comme à l'ancienne. Et on caresse l'entame pour que le sel puisse bien pénétrer.

700.000 jambons/an sortent ainsi des ateliers de salage. Et c'est leur label d'indication géographique protégé qui a séduit les Chinois.

Ils ont contrôlé la qualité de la matière première, la chaîne du froid, l'hygiène du personnel et des locaux, le suivi de fabrication.

Dans un 1er temps, 50.000 pièces devraient être exportées par an. Uniquement des jambons entiers ou désossés.

On a vu qu'ils appréciaient notre jambon avec ce fondant. On n'a pas vocation à modifier notre produit pour le vendre en Chine.

Les prix ne sont pas encore fixés. Sur les marchés de Pékin, c'est l'interrogation des clients. On y trouve des jambons européens considérés comme du luxe.

Je mange souvent du jambon d'origine espagnole ou italienne. Mais la charcuterie importée est trop chère.

Avec l'émergence de la classe moyenne, la Chine est vue comme l'un des principaux marchés au monde pour la charcuterie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne