Cérémonies du 11 novembre : les déplacements de François Hollande

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

François Hollande, lui, a poursuivi sa journée à Oyonnax. Il a fait une fois encore le lien entre les guerres du passé et la cohésion nationale qu'il appelle de ses voeux. 11 novembre 1918 : la sonnerie du cessez-le-feu retentissait après 4 ans de guerre, 1700 000 Français tués. 110N Novembre 2013 : la même sonneri précède la lecture des noms d'autres soldats. Maréchal des logis Martin-Vallet. Mort en opération au Mali cette année. Cette jonction du passé au présent est la volonté de François Hollande qui s'entretient avec des lycéens à l'Arc de triomphe. La Grande Guerre est au programme en première. Jonction aussi entre les deux guerres. Le 11 novembre 1943, à Oyonnax, la scène est reconstituée, des maquisards avaient bravé l'occupant. François Hollande réagit peut-être aux sifflets des Champs-Elysées. La République ébranlée par les guerres a besoin d'être réaffirmée. La République, c'est de ne jamais rien laisser passer face aux haines, aux intolérances, aux extrémismes, aux racismes. C'est l'exigence de ne jamais céder devant les pressions d'où qu'elles viennent. C'est cela la République. Malgré les colères et la crise, François Hollande a l'espoir que le centenaire de la Grande Guerre amène les Français à plus d'unité.

François Hollande, lui, a poursuivi sa journée à Oyonnax. Il a fait une fois encore le lien entre les guerres du passé et la cohésion nationale qu'il appelle de ses voeux.

11 novembre 1918 : la sonnerie du cessez-le-feu retentissait après 4 ans de guerre, 1700 000 Français tués. 110N Novembre 2013 : la même sonneri précède la lecture des noms d'autres soldats. Maréchal des logis Martin-Vallet.

Mort en opération au Mali cette année. Cette jonction du passé au présent est la volonté de François Hollande qui s'entretient avec des lycéens à l'Arc de triomphe. La Grande Guerre est au programme en première. Jonction aussi entre les deux guerres. Le 11 novembre 1943, à Oyonnax, la scène est reconstituée, des maquisards avaient bravé l'occupant. François Hollande réagit peut-être aux sifflets des Champs-Elysées. La République ébranlée par les guerres a besoin d'être réaffirmée.

La République, c'est de ne jamais rien laisser passer face aux haines, aux intolérances, aux extrémismes, aux racismes. C'est l'exigence de ne jamais céder devant les pressions d'où qu'elles viennent. C'est cela la République.

Malgré les colères et la crise, François Hollande a l'espoir que le centenaire de la Grande Guerre amène les Français à plus d'unité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne