Cérémonie du 8 mai 1945

Les cérémonies du 8 mai 1945 qui commémorent la fin de la Seconde Guerre mondiale. François Hollande s'est recueilli devant la statue du général de Gaulle sur les Champs-Elysées. Le président de la République a baissé sa fenêtre en remontant les Champs-Elysées, pour saluer les rangs clairsemés du public derrière les barrières. Un météo maussade en ce jour férié n'a pas poussé les Parisiens à se rendre place de l'Etoile. C'est le premier. Mai du quinquennat de François Hollande qu'il préside cette fois en qualité de chef de l'Etat, chef des armées, entoure de ses ministres qui portent tous un bleuet à la boutonnière, symbole du souvenir et de l'hommage aux anciens combattants. Place à l'invité d'honneur. "Vous avez bien dormi ?", demande le président français à son homologue polonais. Pour ce 68e anniversaire de la capitulation de l'Allemagne nazie, la France a organisé une cérémonie binationale. Bronislaw Komorowski est en visite d'Etat à Paris depuis hier. Les deux pays, alliés pendant ont combattu ensemble aux côtes des Américains et des Anglais, jusqu'à la victoire. C'est main dans la main que les deux présidents ont ranimé la flamme du soldat inconnu. Nous savons ce que la Pologne a fait pour la France, pour sa libération, et donc, il y avait toute raison d'inviter le président polonais pour cette cérémonie du. Mai. Comme le veut la tradition, la cérémonie avait commence ce matin près du Grand Palais, au pied Son petit-fils était présent. Il marque ainsi la continuité d'une tradition, dans la ligne de ses prédécesseurs. C'est un geste qui est fait pour le souvenir, la mémoire, de la République et de l'Etat. s'est attardé avec des vétérans de la Seconde Guerre mondiale avant de regagner l'Elysee.

Les cérémonies du 8 mai 1945 qui commémorent la fin de la Seconde Guerre mondiale. François Hollande s'est recueilli devant la statue du général de Gaulle sur les Champs-Elysées.

Le président de la République a baissé sa fenêtre en remontant les Champs-Elysées, pour saluer les rangs clairsemés du public derrière les barrières. Un météo maussade en ce jour férié n'a pas poussé les Parisiens à se rendre place de l'Etoile. C'est le premier.

Mai du quinquennat de François Hollande qu'il préside cette fois en qualité de chef de l'Etat, chef des armées, entoure de ses ministres qui portent tous un bleuet à la boutonnière, symbole du souvenir et de l'hommage aux anciens combattants. Place à l'invité d'honneur.

"Vous avez bien dormi ?", demande le président français à son homologue polonais. Pour ce 68e anniversaire de la capitulation de l'Allemagne nazie, la France a organisé une cérémonie binationale. Bronislaw Komorowski est en visite d'Etat à Paris depuis hier. Les deux pays, alliés pendant ont combattu ensemble aux côtes des Américains et des Anglais, jusqu'à la victoire. C'est main dans la main que les deux présidents ont ranimé la flamme du soldat inconnu.

Nous savons ce que la Pologne a fait pour la France, pour sa libération, et donc, il y avait toute raison d'inviter le président polonais pour cette cérémonie du.

Mai.

Comme le veut la tradition, la cérémonie avait commence ce matin près du Grand Palais, au pied Son petit-fils était présent.

Il marque ainsi la continuité d'une tradition, dans la ligne de ses prédécesseurs. C'est un geste qui est fait pour le souvenir, la mémoire, de la République et de l'Etat. s'est attardé avec des vétérans de la Seconde Guerre mondiale avant de regagner l'Elysee.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne