Centrafrique : le président Djotodia démissionne

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

L'actualité à l'étranger ce soir, c'est d'abord la chute du président Djotodia en Centrafrique qui a démissionné aujourd'hui alors que l'opération française avait été lancée sur place le 5 décembre dernier. Comment a réagi la population qui reste divisée ? La France souhaite que des élections soient organisées au plus vite. La liesse dans le fief des opposants au président Djotodia. La nouvelle de sa démission vient de tomber. Au passage des blindés français, des applaudissements. Et une onde de soulagement qui s'étend peu à peu. On est libérés ! On est tranquilles dans notre pays. Il avait massacré beaucoup de gens, beaucoup de nos frères, de nos enfants. Maintenant le pays va se rétablir. Les anti-Balakas, ces milices chrétiennes qui ont combattu les Sélékas, les groupes armés musulmans liés au président, viennent à notre rencontre machette à la main. Cette démission, disent-ils, c'est leur victoire. Aujourd'hui c'est notre fête. Les balakas, les machettes, ils se disent prêts à les poser. Mais en faisant un tour de la ville, nous sentons une situation tendue. Un centre désert, des militaires français déployés dans les secteurs stratégiques. La population vit toujours dans l'incertitude. Les gens ont peur. Il y a des coups partout. Les Sélékas ont encore des armes chez eux. Les Sélékas, ces silhouettes le long de la route, et dont la menace plane sur la ville. Les ex-rebelles musulmans accepteront-ils le départ de leur chef sans lever les armes ? Ce soir, des affrontements ont lieu dans Bangui. On retrouve Stéphanie Perez à Bangui.

L'actualité à l'étranger ce soir, c'est d'abord la chute du président Djotodia en Centrafrique qui a démissionné aujourd'hui alors que l'opération française avait été lancée sur place le 5 décembre dernier. Comment a réagi la population qui reste divisée ? La France souhaite que des élections soient organisées au plus vite.

La liesse dans le fief des opposants au président Djotodia. La nouvelle de sa démission vient de tomber. Au passage des blindés français, des applaudissements. Et une onde de soulagement qui s'étend peu à peu.

On est libérés ! On est tranquilles dans notre pays.

Il avait massacré beaucoup de gens, beaucoup de nos frères, de nos enfants. Maintenant le pays va se rétablir.

Les anti-Balakas, ces milices chrétiennes qui ont combattu les Sélékas, les groupes armés musulmans liés au président, viennent à notre rencontre machette à la main. Cette démission, disent-ils, c'est leur victoire.

Aujourd'hui c'est notre fête.

Les balakas, les machettes, ils se disent prêts à les poser. Mais en faisant un tour de la ville, nous sentons une situation tendue. Un centre désert, des militaires français déployés dans les secteurs stratégiques. La population vit toujours dans l'incertitude.

Les gens ont peur. Il y a des coups partout.

Les Sélékas ont encore des armes chez eux.

Les Sélékas, ces silhouettes le long de la route, et dont la menace plane sur la ville. Les ex-rebelles musulmans accepteront-ils le départ de leur chef sans lever les armes ? Ce soir, des affrontements ont lieu dans Bangui.

On retrouve Stéphanie Perez à Bangui.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne