Centrafrique : difficile pacification

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

A ce jour, une dizaine de partenaires européens ont fait part de leur intention d'y contribuer. Bonsoir Etienne Leenhardt. Il y a 2.000 militaires français et 6.000 soldats africains dans le pays. Ces renforts supplémentaires annoncés par Jean-Marc Ayrault peuvent-ils changer les choses. Etienne Leenhardt : Ce contingent européen devrait compter un peu moins de 1000 hommes sur et autour de l'aéroport de Bangui, pour en assurer la sécurité. La France assure cette mission actuellement. Des soldats français pourraient donc se déployer ailleurs en Centrafrique. Ce déploiement de soldats polonais, estoniens, finlandais était souhaité début mars. On évoque maintenant la mi-mars au mieux. Le Premier ministre peut répéter que la France n'est pas seule en Centrafrique, mais en terme opérationnel, cela ne suffira pas. L'opération Sangaris a permis d'éviter un massacre, mais elle n'a pas empêché la fuite de milliers de musulmans, chassés par les milices chrétiennes. Et elle n'est plus calibrée pour les missions de désarmement et de police, nécessaires dans ce pays de 4 millions d'habitants.

A ce jour, une dizaine de partenaires européens ont fait part de leur intention d'y contribuer.

Bonsoir Etienne Leenhardt. Il y a 2.000 militaires français et 6.000 soldats africains dans le pays. Ces renforts supplémentaires annoncés par Jean-Marc Ayrault peuvent-ils changer les choses.

Etienne Leenhardt : Ce contingent européen devrait compter un peu moins de 1000 hommes sur et autour de l'aéroport de Bangui, pour en assurer la sécurité. La France assure cette mission actuellement. Des soldats français pourraient donc se déployer ailleurs en Centrafrique. Ce déploiement de soldats polonais, estoniens, finlandais était souhaité début mars. On évoque maintenant la mi-mars au mieux. Le Premier ministre peut répéter que la France n'est pas seule en Centrafrique, mais en terme opérationnel, cela ne suffira pas. L'opération Sangaris a permis d'éviter un massacre, mais elle n'a pas empêché la fuite de milliers de musulmans, chassés par les milices chrétiennes. Et elle n'est plus calibrée pour les missions de désarmement et de police, nécessaires dans ce pays de 4 millions d'habitants.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne