"La technique d'apprendre des citations n'est pas très bonne" : un professeur de philo donne ses conseils à deux jours du bac

Des lycéens passent le bac de philo, en juin 2018. Illustration. 
Des lycéens passent le bac de philo, en juin 2018. Illustration.  (PHILIPE ARNASSAN / MAXPPP)

"Il faut analyser le sujet dans l'intro et construire un raisonnement cohérent", explique Gilles Vervisch, professeur de philosophie à Osny dans le Val-d'Oise.

C'est la philosophie qui donnera lundi 17 juin le coup d'envoi des épreuves du baccalauréat 2019. Une matière qui parfois peut désarçonner les élèves. Gilles Vervisch, professeur de philosophie au lycée Paul-Emile Victor d’Osny (Val d’Oise), conseille aux lycéens "d'approfondir [leur] propre réflexion" plutôt que d'apprendre des citations par cœur.

franceinfo : Sur quoi faut-il encore mettre l'accent pendant ses révisions ?

Gilles Vervisch : La technique d'apprendre des citations n'est pas très bonne. C'est ce que j'avais fait quand j'étais élève de terminale et j'ai eu 6 au bac de philo. Comme quoi ce n'est pas grave non plus. La notation est beaucoup moins subjective qu'on le croit, on demande un certain nombre de choses précises. Ce qui est bien c'est d'apporter dans un paragraphe la pensée d'un philosophe, pas forcément une citation, mais au moins avoir bien retenu sa thèse, son idée principale et son argument principal sur ce que l'on aura vu pendant l'année. Cela montre une culture philosophique, mais cela permet surtout d'approfondir sa propre réflexion. Penser par soi-même ne veut pas dire penser seul. Quand on lit un philosophe cela fait découvrir d'autres idées.

Est-ce qu'il y a un barème précis ?

Il n'y a pas de barème précis, mais il y a des critères assez objectifs. On ne note pas du tout le point de vue. Les critères c'est d'abord problématiser, d'abord dans l'intro et ensuite dans le développement. Cela veut dire "pourquoi on ne peut pas répondre à la question". Ce qui est bien en philosophie c'est que c'est la seule épreuve où on ne vous demande pas de répondre à la question, mais d'expliquer pourquoi on ne peut pas y répondre. Ensuite, il faut analyser le sujet dans l'intro et construire un raisonnement cohérent. La philosophie a moins à voir avec la littérature qu'avec les mathématiques et la logique.

Est-il utile de s'inspirer de l'actualité ?

Pour un point de départ c'est une bonne idée. La philosophie s'ouvre un peu, c'est ce que je défends comme étant de la 'pop culture' ou de la 'pop philo'. Quand on leur enseigne, c'est comme ça qu'on fait comprendre aux élèves que la philosophie ce n'est pas perdu dans les étoiles mais que c'est dans la vie concrète. Le sujet de l'actualité de l'année c'est les "gilets jaunes" avec les expressions de violence. On pourrait peut-être penser au droit et à la justice. Est-ce que ce qui est légal est forcément juste ? Est-ce que ce qui est légal est forcément injuste ? Après, ils n'étaient que 3 000 et on en parlait plus que des manifestations de 100 000 personnes parce que la méthode était violente. Cette actualité des "gilets jaunes" peut, peut-être, inspirer le thème du droit et de la justice. Il y a aussi l'affaire Vincent Lambert. Est-ce qu'il faut désobéir aux lois pour les faire changer ?

Vous êtes à nouveau en ligne