Calculatrice en panne, examinateur récalcitrant... Le baccalauréat, ce grand moment de solitude

Des élèves se concentrent lors de l\'épreuve de philosophie du baccalauréat, à Nancy (Meurthe-et-Moselle), en juin 2017. 
Des élèves se concentrent lors de l'épreuve de philosophie du baccalauréat, à Nancy (Meurthe-et-Moselle), en juin 2017.  (MAXPPP)

Erreur de saisie des notes, accident sur le chemin de l'examen et autres mésaventures : les bacheliers des années précédentes racontent leurs pires anecdotes du bac. Florilège des témoignages recueillis par franceinfo. 

Le baccalauréat 2019 a commencé, lundi 17 juin, avec l'épreuve de philosophie. Et alors que la pression monte pour les 743 594 candidats inscrits, les souvenirs refont surface chez les plus âgés, qui ont aussi connu la boule au ventre, le stress des résultats, le sommeil perturbé, les mains moites...

>> Retrouvez les résultats du bac 2019 sur franceinfo.fr

Comment se sont passées vos épreuves ? Avez-vous vécu des moments gênants ou difficiles ? Quel souvenir gardez-vous de votre baccalauréat ? Franceinfo a lancé un appel à témoignages pour rassembler les souvenirs les plus savoureux d'anciens bacheliers. Voici leurs récits. 

Quand votre prof fait des impasses sur le programme

Tous ceux qui sont passés par la filière scientifique le savent bien : en première S, le programme de maths se corse, entre les fonctions sinus et cosinus, les nombres complexes, les calculs de dérivés, les fonctions exponentielles. Il n'est donc pas rare qu'un chapitre du programme soit mis de côté par le professeur, ou qu'il soit vu en tout dernier.

C'est ce qui est arrivé à Jacques, qui a passé son bac en 2003. "Le dernier jour de notre cours de maths de l'année, notre prof arrive et nous dit : 'Bon, ça fait trente ans que je suis dans le métier, et je n'ai jamais vu la géométrie dans l'espace tomber, alors on va torcher ça ce matin histoire de boucler le programme !'" C'est évidemment sur ces chapitres rapidement passés en revue que Jacques est tombé lors de l'épreuve finale. "Scandale ! Toute une année à bosser comme un malade pour en arriver là", s'indigne-t-il, en précisant avoir réussi à obtenir 9/20. Une déception qui ne l'a pas empêché à devenir... prof de maths ! 

Quand le chemin du centre d'examen est semé d'embûches

C'est un oubli qui a failli faire rater son bac littéraire à Cindy, il y a dix-neuf ans. Sa mère n'étant pas en capacité de l'emmener au lycée, il était prévu qu'une de ses amies vienne la chercher avec sa mère pour l'emmener à la première épreuve de philosophie. "Elle n'est jamais venue, raconte-t-elle dans les commentaires de notre live. A l'époque les portables n'étaient pas aussi répandus et les réseaux sociaux non plus. J'ai commencé à faire du stop". Cindy habite à l'époque près de Saint-Tropez (Var), où les bouchons sont fréquents, et doit parcourir 15 kilomètres pour atteindre son lycée. "Par chance, une maman, qui venait d'emmener sa fille, a fait demi-tour en me voyant et m'a emmenée au lycée qui allait fermer ses portes", ajoute-t-elle.

Geneviève a connu une mésaventure similaire, qui aurait pu mal se finir. En se rendant à vélo à son épreuve de musique, lors du baccalauréat 1980, elle a été renversée par une voiture. La jeune fille parvient à se relever. "Le monsieur sort de sa voiture et commence à me gronder. Moi j'hallucine, car c'est lui le fautif, il a négligé une priorité à droite", se souvient-elle au téléphone. La jeune fille finit son chemin à pied, malgré sa jambe amochée. Elle a même passé la deuxième épreuve instrumentale de harpe, l'après-midi, le genou recouvert de mercurochrome. "J'avais honte parce que j'avais une robe et qu'on ne voyait que ça", sourit-elle. 

Quand le prof qui relit votre copie ne croit pas en vos arguments scientifiques

Loïc garde encore un souvenir amer de son épreuve de biologie, passée en 1996 à Paris. Le sujet porte sur la création de l'atmosphère terrestre et son devenir, "avec les sujets climatiques qui nous concernent maintenant", se rappelle-t-il. "Je n'avais pas fait une copie très brillante et surtout, à la fin du sujet, j'ai un peu insisté – parce que ça me faisait rire – sur les pets de vache qui dégagent du méthane", raconte-t-il à franceinfo avec un brin d'humour.

Une impertinence qui n'a pas échappé au professeur qui a noté sa copie et qui ne lui a manifestement pas plu : le jeune Loïc s'est vu infliger un zéro en bonne et due forme. "Or, il s'est avéré que c'est totalement véridique ! Les vaches dégagent réellement du méthane, ce qui est problématique pour l'atmosphère !" insiste-t-il aujourd'hui, encore marqué par cette injustice qui lui a valu de repasser son bac l'année suivante. 

Quand la technologie vous lâche

Qui n'a pas stressé la veille des épreuves à l'idée d'avoir oublié quelque chose au moment de préparer son sac ? Calculatrice, bouteille d'eau, convocation... Par mesure de prudence, Mathilde a pris une deuxième calculatrice dans son sac pour son épreuve de marketing, la plus importante de son bac STG. Mais cela n'a pas empêché le drame de se produire : sa bouteille d'eau s'est ouverte toute seule dans son sac. "Tout était trempé, dont mes deux calculettes, plus aucune des deux ne fonctionnait", raconte-t-elle. La candidate a fini par passer son épreuve sans calculatrice, réussissant tout de même à obtenir une mention.  

Quand le stress vous fait confondre un O avec un G

Quand le stress monte, il peut s'accompagner d'une étourderie décuplée. Bachelier en 2018, Vincent peut en témoigner. Lors de son épreuve de compréhension orale en anglais, l'examinateur écrit au tableau le titre du document qui commence par : "Michelle Obama...". Mal réveillé et stressé, Vincent croit lire "Michelle Gbama". "Avec un niveau d'anglais limité, je ne comprends pas le document, et j'invente des infos sur une femme noire en Afrique... Ce qui m'a amené à un hors-sujet total", raconte-t-il. Ce n'est qu'en dressant un bilan avec ses camarades, à la sortie de l'épreuve, qu'il se rend compte de sa méprise. Une incompréhension qui lui a valu une note bien en dessous de la moyenne. 

Quand les oraux tournent au cauchemar

Un examinateur absent, un autre avec une phrase assassine... Aux oraux, le sort des bacheliers se trouve entre leurs mains. "Nous avions été convoqués à 8 heures dans un lycée qui se trouve à une heure de route de mon lycée et du domicile de mes parents, commence à raconter Justine, aujourd'hui âgée de 30 ans. A 9h30, la salle d'examen est toujours fermée, on nous fait savoir que l'examinateur est malade et qu'ils sont à la recherche d'un remplaçant." Ce dernier finit par arriver autour de 13 heures. Justine finit par passer son examen à 16 heures "au bord de la crise de nerfs", le ventre vide avec un croissant en guise de déjeuner.

Pour Irène, qui a passé son bac avec option latin en 2017, l'oral a aussi été un calvaire. "Mon examinatrice ne me regardait absolument pas et n'avait pas l'air de s'intéresser à ce que je disais", se souvient-elle. Déstabilisée et intimidée, la lycéenne ne peut masquer son désarroi. "Lorsque ma présentation s'est finie, elle m'a simplement dit : 'Votre analyse de texte était lamentable, il manque énormément d'éléments. Vous m'avez donné le bâton pour vous battre, la pelle pour vous enterrer, la corde pour vous pendre'", cite la jeune femme.  

Quand un homonyme vous vole vos notes

"Pour moi, ce n'est pas une épreuve en particulier qui a tourné au cauchemar, mais le jour des résultats..." commence Noémie, qui a passé son bac en 2005. Au moment d'aller chercher ses notes, elle a la mauvaise surprise de voir qu'un 3/20 lui a été attribué pour l'épreuve de mathématiques, alors qu'elle était bonne élève. "Impossible que cette note soit à moi", se dit-elle. Paniquée, elle se renseigne pour récupérer sa copie et file au centre d'examen où on peut les consulter.

Après plusieurs heures d'attente, elle finit par l'avoir en main. Problème : la copie ne correspond pas à la note saisie. "Le directeur de l'établissement demande les accès pour modifier mes notes en direct et me rééditer un bulletin", raconte-t-elle. Ce que le directeur croyait être une erreur de saisie n'en est pas une. "Nous étions deux à avoir le même nom de famille dans la même salle d'examen", élucide Noémie. C'est l'autre candidate qui s'est retrouvée avec une partie de ses notes. Mais l'erreur est corrigée. "Je suis finalement sortie du centre d'examen avec la mention Bien." Et pour cause : elle avait obtenu 18/20 en maths. 

Vous êtes à nouveau en ligne