Bac 2015 : les "sujets probables" sont-ils d'une fiabilité à toute épreuve ?

Des candidats au baccalauréat, le 16 juin 2014. 
Des candidats au baccalauréat, le 16 juin 2014.  ( MAXPPP4)

Qui ne rêve pas de connaître à l'avance le sujet de sa dissertation de philosophie ou de son épreuve de mathématiques ? Francetv info s'est penché sur les pronostics de sujets alors que le bac débute mercredi.

Il suffit de taper "sujets bac 2015" dans un moteur de recherche pour constater que les futurs candidats tentent d'obtenir des pistes sur les épreuves qui les attendent à partir de mercredi 17 juin. Plusieurs sites proposent leurs pronostics gratuits, les "sujets probables" : des médias (L'Etudiant, Le MondeMetronews) ainsi que des éditeurs d'annales (Annabac) ou des services qui délivrent des cours en lignes (digiSchool). 

Comment prédire que le Proche et le Moyen-Orient ont de grandes chances de tomber en histoire-géographie ou que les littéraires vont sûrement plancher sur l'art en philosophie ? Et ces prévisions sont-elles fiables ? Autant vous le dire d'emblée : tous ces sites incitent à la prudence et ne promettent pas des prévisions sûres à 100%. Et tous rappellent que faire l'impasse sur un ou plusieurs sujets au programme de la terminale reste une mauvaise idée.

Pour vous aider à vous faire votre propre idée, francetv info a passé en revue les différents critères utilisés pour réaliser ces prédictions.

L'historique des sujets : à prendre en compte

C'est la méthode la plus courante. En compilant les sujets déjà présents au bac lors des années précédentes, on peut tirer plusieurs conclusions : ceux qui sont tombés récemment ont - théoriquement - moins de chance d'être à nouveau soumis aux candidats. Mais certains sujets sont proposés quasiment systématiquement, alors d'autres ne sont pas tombés depuis cinq ans ou plus... En clair, il n'y a que très peu de constantes. Ainsi, L'Etudiant propose, par exemple, une grille listant les différentes notions de philosophie étudiées par les terminales L (littéraire) qui ont été au menu du bac depuis 2010.

(L'ETUDIANT)

On peut ainsi observer que "la liberté" est tombée une année sur deux depuis 2010. Pour autant, L'Etudiant place ce thème dans ses favoris pour cette édition 2015. "Autrui", qui n'a jamais été proposé depuis cinq ans, a également de grandes chances de figurer au programme, toujours selon le magazine. En revanche, "la religion" ou "l'inconscient" ne devrait pas être soumis aux candidats cette année. 

Le poids dans le programme : à ne surtout pas négliger 

Autre paramètre important, le place prise par le sujet dans le programme. "Quelques thèmes peuvent être privilégiés, compte tenu du grand nombre de questions qui les mettent en œuvre dans les exercices de bac de ces dernières années", souligne ainsi Annabac, avant de présenter ses pronostics pour l'épreuve de maths chez les scientifiques.

Sans surprise, les fonctions et les probabilités sont citées. Les suites, aussi, sont tombées chez les candidats en terminale S (scientifique) en 2010, 2011, 2012, 2013, 2014... Et pourraient bien repasser en 2015. Moralité : si un ou plusieurs sujets se sont indéniablement imposés au cours de votre année, vous avez tout intérêt à ne pas les écarter de vos révisions. 

L'air du temps : ça peut jouer un rôle 

Pour certaines matières (histoire-géographie, philosophie, français...), ceux qui conçoivent les sujets du bac peuvent souhaiter que les candidats planchent sur un thème d'actualité. Annabac rappelle, par exemple, aux terminales ES (économique et social) que, pour l'épreuve d'histoire-géographie, "les mobilités humaines, notamment autour de la Méditerranée, constituent un sujet d’actualité", correspondant à la question des migrants qui agite l'Europe et la France depuis plusieurs mois.

Même chose pour l'épreuve majeure des élèves en ES, les sciences économiques et sociales (SES). Interrogée par L'Etudiant, une professeure de SES pronostique un sujet traitant l'économie du développement durable : "C’est un thème dans l’actualité, particulièrement cette année avec la Conférence mondiale sur le climat qui se tiendra à Paris en décembre 2015. De quoi donner quelques idées aux concepteurs de sujets." Le succès du livre de l'économiste Thomas Piketty, Le Capital au XXIe siècle, est aussi évoqué pour un sujet relatif à la justice sociale.

La volonté de surprendre : possible, mais pas évident

Il reste toutefois très difficile de se fier à ces prédictions pour une raison non négligeable : les concepteurs de sujets savent surprendre. L'épreuve de philosophie en est un exemple criant. "La science se limite-t-elle à constater les faits ?" ; "Le langage n'est-il qu'un outil ?" : ces deux sujets n'ont pas été soumis aux scientifiques, mais aux littéraires en 2013, rappelle L'Etudiant. Et en 2014, les terminales S ont, eux, planché sur une question plutôt destinée aux littéraires : "L'artiste est-il maître de son œuvre ?" Attention donc aux sujets classiques, évidents, dans l'actualité... N'oubliez pas la potentielle surprise.

Le Monde a compilé les pronostics pour le bac 2014 publiés par quatre sites dans les séries ES, S et L. Sans surprise, le résultat est mitigé. Certains "sujets probables" sont tombés, d'autres non. Selon les calculs du site du quotidien, le verdict final va de "moyennement précis" à "précis". L'auteur de l'étude conclut, sagement : "Au vu de ces résultats positifs, bien que mitigés, il est somme toute très périlleux de fonder sa stratégie de révision uniquement sur des prédictions."

Vous êtes à nouveau en ligne