Bac : les trois couacs de l'édition 2013

Une candidate au baccalauréat passe l\'épreuve de philosophie dans un lycée de Strasbourg (Bas-Rhin), le 17 juin 2013. 
Une candidate au baccalauréat passe l'épreuve de philosophie dans un lycée de Strasbourg (Bas-Rhin), le 17 juin 2013.  (FREDERICK FLORIN / AFP)

Un sujet de maths distribué un jour trop tôt, des fuites sur le web... Quelques exemples de bourdes dans l'organisation.

Erreur d'enveloppes, sujets sur le web... L'édition 2013 du baccalauréat, qui a débuté lundi 17 juin, a connu son lot de ratés et de couacs. Francetv info en a listés trois. 

1Le sujet de maths distribué un jour trop tôt

A Besançon (Doubs), un surveillant a distribué, jeudi, lors de l'épreuve de sciences économiques et sociales (SES), le sujet de l'épreuve de mathématiques du baccalauréat ES (économique et social), prévue le lendemain. " Un élève s'en est tout de suite rendu compte et l'a prévenu", a précisé le recteur de l'académie de Besançon

"Le mauvais sujet a immédiatement été remplacé par le bon sujet de SES, et les élèves ont pu plancher normalement dessus", a-t-il ajouté. Mais les circonstances exactes de cette"manipulation malencontreuse" ne sont pas encore établies.

Conséquence : l'ensemble des académies est concernée par le couac. Le ministère de l'Education a décidé d'utiliser vendredi, partout en France, le sujet de secours de l'épreuve de mathématiques. 

2Des sujets mis en ligne par le rectorat

Certes, il ne s'agit pas d'une fuite majeure, contrairement à celle de 2011, quand l'exercice de maths de la série scientifique avait été divulgué sur le web. "Il s'agit juste là de la présence sur le Net d’un document officiel qui n’aurait pas dû s’y trouver", précise, le 12 juin, le blog du Monde spécialisé dans les questions d'éducation.

Que s'est-il passé ? Les 25 sujets des épreuves de compétence expérimentale de sciences de la vie et de la terre (SVT) ont été mis en ligne par le rectorat de Toulouse, accompagnés de fiches d'aide. Ces épreuves sont en fait des travaux pratiques."L'examen, une forme de contrôle continu, se déroule sur plusieurs semaines, du début du mois de mai jusqu'au début du mois de juin", minimise le ministère de l'Education nationale auprès de La Dépêche. Sur une soixantaine d'expériences travaillées tout au long de l'année, le rectorat en sélectionne 25 pour le bac. "Le bénéfice aura été une division par deux ou trois des révisions pour les lycéens qui l’ont déniché à temps", écrit Le Monde

"Chaque élève passe cette épreuve de travaux pratiques dans son établissement. Au bout d'une semaine d'épreuves un peu partout en France, les 25 sujets sont forcément connus. Et il suffit que les lycéens communiquent entre eux pour les connaître", explique le ministère. Qui ajoute : "Il ne s’agit pas d’une leçon à réciter, mais d’une manipulation, d’une épreuve mesurant les capacités expérimentales des lycéens."  

3Les barres de fractions ont disparu des sujets

Toujours dans l'académie de Toulouse, les copies de mathématiques du bac S ont dû être retirées peu de temps après avoir été distribuées dans différents lycées de Midi-Pyrénées. La raison : l'absence de barres de fractions dans les exercices, comme le rapporte La Dépêche.  

Une bourde qui a énervé certains parents d'élèves, car les copies n'ont pas été remplacées au même rythme selon les centres d'examen. Idem pour le temps supplémentaire accordé aux candidats : au lycée Bellevue de Toulouse, "ils ont eu 1h20 en plus pour traiter le sujet. A Saint-Orens, 15 minutes", déplore un parent d'élève.

Vous êtes à nouveau en ligne