Voir la vidéo

Anne-Sophie Laclère : une peine exagérée ?

Le FN condamné par le tribunal de Cayenne annonce qu'il fera appel. Cette peine est-elle exagérée, comme l'affirme le Front National ? Derrière, il y a l'accusation d'une justice à deux vitesses. Bonsoir Dominique Verdeilhan. La décision est-elle disproportionnée. Dominique Verdeilhan : Les juges de Cayenne ont mis la barre haute. Les magistrats ont horreur de poser des questions dans le vide. Or, ni l'ex-candidate, ni son avocat n'étaient présents à l'audience du 8 juillet dernier. Cette politique de la chaise vide, ils la payent : prison ferme, amende maximum et peine d'inéligibilité. Habituellement, pour injures a caractère racial, les tribunaux se limitent à des peines d'amende. Le couturier John Galliano avait été condamné à 6.000 euros avec sursis. Le polémiste Dieudonné, multi récidiviste dans ses provocations antisémites. Jamais de peine de prison. Toujours des amendes. Pour que les juges aillent jusqu'à une peine d'emprisonnement, il faut en général que l'injure soit accompagnée de violences ou de menace de mort. Le jugement de Cayenne veut visiblement servir d'exemple.

Le FN condamné par le tribunal de Cayenne annonce qu'il fera appel.

Cette peine est-elle exagérée, comme l'affirme le Front National ? Derrière, il y a l'accusation d'une justice à deux vitesses. Bonsoir Dominique Verdeilhan. La décision est-elle disproportionnée.

Dominique Verdeilhan : Les juges de Cayenne ont mis la barre haute. Les magistrats ont horreur de poser des questions dans le vide. Or, ni l'ex-candidate, ni son avocat n'étaient présents à l'audience du 8 juillet dernier. Cette politique de la chaise vide, ils la payent : prison ferme, amende maximum et peine d'inéligibilité. Habituellement, pour injures a caractère racial, les tribunaux se limitent à des peines d'amende. Le couturier John Galliano avait été condamné à 6.000 euros avec sursis. Le polémiste Dieudonné, multi récidiviste dans ses provocations antisémites. Jamais de peine de prison. Toujours des amendes. Pour que les juges aillent jusqu'à une peine d'emprisonnement, il faut en général que l'injure soit accompagnée de violences ou de menace de mort. Le jugement de Cayenne veut visiblement servir d'exemple.

Le JT
Les autres sujets du JT