VIDEO. En Australie, l'île Kangourou est devenue l'enfer des chats

COMPLÉMENT D'ENQUÊTE/FRANCE 2

Le chat est animal "non gratum" en Australie. Envahi par les félins errants, le pays prévoit d'en supprimer deux millions d'ici à 2020 et veut carrément la fin du minet domestique. Un plan qui fait frémir leurs amis humains, en minorité sur l'île de Kangaroo où s'est rendu "Complément d'enquête". Extrait.

Dans son jardin de Kangaroo Island, Ann a aménagé ce qu'on appelle là-bas un "catio", un patio grillagé pour ses trois chats orientaux. "Je suis terrifiée à l'idée qu'un de mes chats s'échappe, confie-t-elle à "Complément d'enquête". Il y a tant de gens qui haïssent les chats et qui ont des pièges ! Les gens font ce qu'ils croient nécessaire, et c'est juste de la cruauté."

>> VIDEO. Amis des chats, ne regardez pas cet extrait de "Complément d'enquête" à Kangaroo Island

Kangaroo Island, l'île des kangourous... mais pas celle des chats. En 2015, le gouvernement australien a déclaré la guerre aux chats sauvages, trop nombreux. Ils sont désormais considérés comme une espèce invasive qui menace la biodiversité.

Règles drastiques pour les propriétaires de chats domestiques

Les propriétaires de chats domestiques se sont vu imposer des règles drastiques. Ann les respecte scrupuleusement. Les rares sorties au soleil de ses pensionnaires se font en laisse.

"C'est dégoûtant, se plaint-elle. Si on peut prouver qu'on fait les choses correctement, qu'on a un catio, un chat enregistré, stérilisé, avec une puce, les autorités ne devraient pas nous empêcher d'avoir un chat de compagnie." Pour Ann, le "plan anti-chats" de l'Australie (que la population locale voit plutôt d'un bon œil) va beaucoup trop loin. Il prévoit l'élimination de 2 millions d'animaux d'ici à 2020, et la fin des chats domestiques. 

Extrait de "Matous à mater", un reportage à voir dans "Complément d'enquête" le 4 octobre 2018.

Vous êtes à nouveau en ligne