Pourquoi il est trop tôt pour dire que Huan Huan, panda du zoo de Beauval, attend un petit

Huan Huan, femelle panda, dans son enclos du parc zoologique de Beauval, dans le Loir-et-Cher, le 26 mars 2016.
Huan Huan, femelle panda, dans son enclos du parc zoologique de Beauval, dans le Loir-et-Cher, le 26 mars 2016. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Le zoo attend avec impatience de pouvoir confirmer la nouvelle, mais il faudra attendre le mois de juillet.

Au zoo de Beauval, Huan Huan montre plusieurs signes de grossesse, dont les vétérinaires se réjouissent. Trois mois après une insémination artificielle, cette femelle de sept ans, pourrait donner naissance à un ou plusieurs petits. Francetv info vous explique pourquoi il ne faut pas s'emballer. 

Huan Huan a été inséminée en février

Yuan Zi, le mâle arrivé à Beauval avec Huan Huan en 2012, est "trop jeune et inexpérimenté", selon 20 Minutes pour s'accoupler avec la femelle. Alors le zoo a entrepris une insémination artificielle. Il est donc logique que les soigneurs la surveillent de près. Le zoo compte beaucoup sur cette naissance, qui constituerait une première en France, et une bonne nouvelle pour l'espèce, qui peine à se reproduire.

Elle a changé de comportement récemment

Huan Huan passe le plus clair de son temps à dormir, "dans sa loge VIP, quasi prostrée", raconte Le Parisien. D'habitude, elle occupe surtout ses journées à manger du bambou. Quarante kilos en moyenne. Mais depuis plusieurs jours, elle mange "quatre fois moins" que d'habitude. Des signes qui peuvent laisser croire que Huan Huan se prépare à mettre au monde un ou plusieurs petits pandas. "Elle prépare son corps à jeûner car, quand le bébé naît, elle le garde dans la bouche pendant plusieurs semaines pour qu’il soit au chaud, et donc elle ne mange pas", explique Baptiste Mulot, chef vétérinaire de Beauval, à 20 Minutes

Mais il est difficile de détecter une gestation de panda

Le problème, c'est qu'à l'échographie, les vétérinaires ne voient rien. Pas la moindre tache, ni même un battement de cœur. Rien d'étonnant à cela : les embryons de pandas sont minuscules, et ne sont détectables que quelques semaines avant la naissance. Il faudra donc attendre début juillet pour en avoir le cœur net. Et même à ce moment-là, les petits pèsent moins de 200 grammes, quand leur mère dépasse sans problème les 100 kilos. Le ventre de Huan Huan ne risque donc pas de s'arrondir et son corps ne changera pas beaucoup. "Uniquement sur la fin de la grossesse, on peut déceler une augmentation de la taille des mamelles et des modifications au niveau de la vulve qui se prépare à la mise-bas", précise Baptiste Mulot à 20 Minutes.

Et elle peut aussi faire une "grossesse nerveuse"

Outre un changement dans ses habitudes, Huan Huan connaît également une modification hormonale. Des analyses d'urine quotidiennes montrent que son taux de progestérone, hormone impliquée dans la grossesse, a augmenté. Mais Huan Huan pourrait tout autant faire une grossesse nerveuse, selon Baptiste Mulot. Ces "pseudo-grossesses" sont assez courantes, mais encore inexpliquées, chez les pandas : "La nature pourrait avoir créé ce mécanisme pour que l’organisme gagne en expérience, que la femelle s’entraîne à faire un nid, à se nourrir avant la gestation, à se mettre en position pour la mise-bas", explique-t-il à 20 Minutes. Il est donc possible que Huan Huan s'entraîne, en quelque sorte, à devenir mère.