Nanisme : une expérience sur les souris, un espoir pour l'homme

(Vit Kovalcik Fotolia.com)

Un traitement expérimental prometteur a permis de rétablir une croissance osseuse normale chez des souriceaux atteints d'achondroplasie, une affection d'origine génétique qui concerne 70 % des personnes de petites tailles. Il faudra encore des recherches avant une application chez l'homme, mais le traitement imaginé par ces chercheurs présente de nombreux avantages. Aucune toxicité n'a été observée à court terme.

Chez les personnes atteintes d'achondroplasie les bras
et les jambes ne grandissent pas
normalement parce qu'un gène, qui a été découvert en 1994, a muté. Or la protéine issue de ce gène joue un rôle
important dans la croissance des os. Les chercheurs, dont le travail est publié par la revue américaine Science Translational Medicine , ont donc imaginé d'injecter
chez les souris malades un produit qui mime la protéine déficiente. Les souris
sont  traitées dès leur deuxième jour de
vie et pendant trois semaines. Et les résultats sont prometteurs.

"Un traitement qui ouvre des possibilités très
intéressantes"

Elvire
Gouze a mené cette recherche pour l'INSERM : "Les
souris deviennent normales du point de vue de la taille et elles n'ont plus de
complications qui sont liées à la maladie, les paralysies,
les problèmes respiratoires, les problèmes de malformation au niveau de la
colonne vertébrale. C'est un traitement qui ouvre des possibilités très
intéressantes mais c'est un traitement qui est pour le moment pour la souris
" .

Le chemin sera encore
long avant d'arriver à l'homme mais ces résultats intéressent Patrick
Petit-Jean, vice-président de** l'Association des personnes de petite
taille.

Vous êtes à nouveau en ligne