Le kakapo, le plus gros perroquet du monde, menacé d'extinction

Un perroquet kakapo sur l\'île de la Morue en Nouvelle-Zélande, en 2011. 
Un perroquet kakapo sur l'île de la Morue en Nouvelle-Zélande, en 2011.  (FRANS LANTING / FRANS LANTING STOCK)

Une épidémie frappe durement cette espèce, qui compte moins de 150 spécimens adultes. 

Le plus grand perroquet du monde est proche de l'extinction. Une épidémie frappe durement l'une des dernières populations de kakapos vivant sur l'île de la Morue, une terre isolée dans le sud de la Nouvelle-Zélande.

Après une infection respiratoire fongique appelée aspergillose, sept perroquets sont morts, dont deux adultes, et 36 reçoivent un traitement, ont annoncé jeudi 13 juin les scientifiques du Département chargé de la conservation (DOC). "L'aspergillose a un impact dévastateur sur le kakapo", s'alarme le département dans un communiqué. "Notre hypothèse à l'heure actuelle est le climat : ce fut une année très chaude dans le sud", analysent les scientifiques qui parlent d'une "menace sans précédent". 

2018 : une saison de reproduction record

Cette menace intervient alors que l'espèce a enregistré une saison de reproduction record en 2018. Le programme de reproduction, étroitement surveillé, a comptabilisé 249 oeufs pondus, laissant espérer que 75 oisillons survivraient cette année, soit deux fois plus que le record précédent. Cet oiseau au plumage vert et jaune, qui peut atteindre jusqu'à 60 cm et peser jusqu'à 4 kilos, compte actuellement une population de 147 adultes. Les kakapos ont disparu peu à peu en raison de l'introduction de prédateurs comme des chats et chiens et à cause de leur habitudes reproductives restrictives : ils ne s'accouplent que tous les deux à quatre ans, lorsque le rimu, un arbre indigène à la Nouvelle-Zélande, donne beaucoup de fruits.

Vous êtes à nouveau en ligne