"On a des plantes plus petites et donc des provisions moins importantes pour les abeilles" : la sécheresse inquiète les apiculteurs de Haute-Garonne

Une abeille butinant une fleur, juillet 2019.
Une abeille butinant une fleur, juillet 2019. (ST?PHANE MILHOMME / FRANCE-INFO)

Avec les températures élevées, les plantes poussent mal et les abeilles n'ont plus rien à manger.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les apiculteurs sont inquiets : 64 départements sont en ce moment concernés par des restrictions d'eau en France et les fortes chaleurs peuvent avoir des conséquences néfastes pour leurs abeilles. Les températures élevées empêchent en effet les plantes de pousser normalement et compliquent donc la tâche des abeilles pour se nourrir.

Pas de nourriture, donc pas de miel

Cédric Gulère est un jeune apiculteur installé à Caraman, à l'est de Toulouse, en Haute-Garonne. Cette année, il constate déjà que ses abeilles ne mangent pas vraiment : "Les plantes ont souffert de la sécheresse au moment de leur croissance, donc on a des plantes plus petites, plus espacées, et des provisions moins importantes pour les abeilles", explique-t-il à France Bleu Occitanie.

Les plantes sont tellement en manque d'eau que le nectar ne va pas monter dans les fleurs. Et le nectar, c'est la base de la nourriture des abeilles. Donc s'il n'y a pas de nectar, il n'y a plus de rentrée de miel.Cédric Gulère

En plus du manque de nourriture actuel et de la baisse de production de miel à venir, l’apiculteur constate aujourd'hui une attitude anormale des abeilles. "À l'entrée de la ruche, toutes les abeilles sont alignées : elles ventilent, pour maintenir une température à 35 degrés dans la ruche, explique l'apiculteur. C'est la température qui doit toujours régner à l'intérieur, été comme hiver. Pas plus, pas moins. Il va falloir qu'on installe des abreuvoirs sur les ruches."

Ce qui veut dire du travail en plus, pour l'apiculteur. L’association toulousaine Abeillement Vôtre s'inquiète aussi, mais pour le plus long terme. La sécheresse, et le manque de nourriture pour les abeilles risquent d'avoir un impact sur la production de fruits et de légumes, puisque les abeilles participent à la pollinisation de certaines espèces.

Vous êtes à nouveau en ligne