Chine : les produits issus du tigre et du rhinocéros, deux espèces en danger d'extinction, à nouveau autorisés à la vente

Un rhinocéros et son petit, le 21 septembre 2018 à Sigean (Aude).
Un rhinocéros et son petit, le 21 septembre 2018 à Sigean (Aude). (RAYMOND ROIG / AFP)

Les volumes commerciaux seront "strictement contrôlés" et le commerce de ces produits interdit en dehors des cas autorisés : recherche scientifique ou vente d'œuvres d'art.

L'annonce par la Chine d'une reprise limitée du commerce de produits issus du tigre et du rhinocéros provoque la colère des défenseurs des animaux, qui parlent "d'arrêt de mort" pour ces espèces en danger. La vente de produits tels que l'os de tigre ou la corne de rhinocéros, recherchés par la médecine traditionnelle, pourra être autorisée dans certaines circonstances "particulières", a annoncé le gouvernement chinois. Parmi celles-ci, Pékin cite la recherche scientifique, la vente d'œuvres d'art et "la recherche et les traitements médicaux". Seuls des médecins employés par des hôpitaux reconnus par l'Administration nationale de médecine traditionnelle pourront les utiliser.

Filière de "blanchiment"

Cette libéralisation remplace une interdiction totale décidée en 1993. Mais le marché noir a remplacé le commerce légal et de nombreux produits interdits entrent en Chine, selon des mouvements écologistes. Ces derniers estiment que cette dernière mesure ne pourra qu'accroître la menace sur la faune sauvage. Selon l'association Humane Society International à Washington, la nouvelle politique suivie à Pékin va aboutir à créer une filière de "blanchiment" de produits de braconnage.

La reprise du commerce légal risque non seulement de servir de couverture au trafic clandestin, elle va aussi stimuler une demande qui avait décliné depuis l'entrée en vigueur de la prohibition.Margaret Kinnaird (WWF)à l'AFP

Le tigre est classé dans la catégorie des espèces en danger d'extinction par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Il existe une demande persistante en Chine pour des produits dérivés du félin (os, griffes, moustaches, pénis, etc.), parés de pouvoirs très controversés, notamment aphrodisiaques, dans la médecine traditionnelle. Quant aux différentes espèces de rhinocéros, l'UICN les classe soit en catégorie "vulnérable", "quasi-menacée" ou "en danger critique d'extinction".

Vous êtes à nouveau en ligne