Vaches à hublots : une pratique "choquante" mais "utile" pour la recherche, selon Brune Poirson

Brune Poirson quitte l\'Elysée à Paris, le 3 juin 2019.
Brune Poirson quitte l'Elysée à Paris, le 3 juin 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)

L'association de défense des animaux L214 a diffusé une vidéo pour dénoncer cette pratique, qui sert à déposer des échantillons d'aliments dans l'estomac de ces animaux ou y faire des prélèvements.

La pose de hublots sur la panse de vaches à des fins de recherche est "choquante" mais "utile" pour la science, en attendant de trouver d'autres méthodes. C'est ce qu'a estimé, vendredi 21 juin, la secrétaire d'Etat à la Transition écologique, Brune Poirson.

Ce procédé, la fistulation, sert à déposer des échantillons d'aliments dans l'estomac de ces animaux ou y faire des prélèvements. Jeudi, l'association de défense des animaux L214 a diffusé une vidéo pour dénoncer cette pratique, filmée dans un centre de recherche du groupe agroalimentaire Avril, dans la Sarthe.

"Mieux encadrer ces pratiques"

"C'est choquant", mais "ce sont des pratiques scientifiques et qui ne font pas souffrir l'animal. On en est sûr car on sait mesurer le stress chez les animaux", a assuré Brune Poirson, invitée sur la chaîne Public Sénat. "C'est utile, parce que nous avons besoin de la science", a-t-elle insisté, tout en estimant qu'il faudrait "mieux encadrer ces pratiques-là" et développer des alternatives. "L'Inra [Institut national de la recherche agronomique] y travaille déjà (…) et j'espère qu'il pourra rendre des conclusions avant 2025", a-t-elle ajouté.

Vous êtes à nouveau en ligne