Plus de visiteurs dans les zoos grâce à "un effet panda"

Le bébé panda Yuang Meng avec sa mère, au zoo de Beauval, à Saint-Aignan (Loir-et-Cher), le 13 janvier 2018.
Le bébé panda Yuang Meng avec sa mère, au zoo de Beauval, à Saint-Aignan (Loir-et-Cher), le 13 janvier 2018. (AFP)

Le panda étant "une espèce porte-drapeau", la naissance du bébé panda à Saint-Aignan (Loir-et-Cher) a dopé la fréquentation dans tous les zoos de France, a expliqué dimanche sur franceinfo, Jimmy Ebel le vice-président de l'association française des parcs zoologiques.

Les zoos attirent des plus en plus de curieux. Ils attirent "plus de 20 millions de visiteurs par an" selon les derniers chiffres de la profession a déclaré dimanche 18 février, Jimmy Ebel, vice-président de l'association française des parcs zoologiques et directeur du zoo de Maubeuge (Nord). Pour lui, il y a bien eu un "effet panda" après la naissance très médiatisée, le 4 août 2017, du bébé panda, Yuan Meng, au zoo de Beauval, à Saint-Aignan (Loir-et-Cher)

franceinfo : Y a-t-il un effet "panda" sur la fréquentation des zoos en France ?

Jimmy Ebel : Le panda est une espèce porte-drapeau, symbole de toutes nos missions de conservation et de préservation des espèces. Oui, il y a un effet, car c'est un animal à la fois symbolique et magnifique. C'est un peu une espèce qui nous permet de sensibiliser les gens, principalement les enfants, et de pouvoir développer nos différentes missions écologiques au sein des parcs.

Est-ce que ça dope la fréquentation des zoos ? Avez-vous avez plus de clientèle ?

Il est vrai qu'à travers ce petit panda nous avons tous pu communiquer sur nos différentes missions. Ça nous a permis d'avoir un regard beaucoup plus fort de nos visiteurs. C'est plus de 20 millions de visiteurs par an dans les parcs zoologiques français pour plusieurs dizaines de milliers d'animaux, selon des chiffres que l'on vient d'avoir pour l'ensemble des zoos français. Certains parcs ont même développé de l'hébergement dans les zoos qui permet aux gens de rester un jour, deux jours.

Est-ce que ça fonctionne bien ces formules avec une nuit passée sur place ?

C'est quelque chose qui fonctionne très bien puisque les gens aiment ce contact fort et proche de la nature. Après avoir passé la journée avec des centaines de visiteurs, c'est une manière d'être beaucoup plus proche de la nature dans un contexte familial.

Comment attirer la clientèle quand on n'a pas de panda ? Comment se renouveler ?

Toujours avoir à l'esprit que notre mission principale est le bien-être animal. Il faut toujours chercher à avoir les enclos les mieux adaptés et aller voir chez nos voisins et entre collègues français ce qui se fait de mieux. Par exemple, avoir des concepts de plaine africaine, qui réunit beaucoup d'espèces de la savane, des plaines sud-américaines, des plaines asiatiques, qui permettent aux gens d'avoir cette vue globale des animaux et de ne pas voir les espèces indépendamment les unes des autres.

Vous êtes à nouveau en ligne