Scandale dans les abattoirs : Stéphane Le Foll annonce la création d'un "délit de maltraitance" des animaux

Le ministre de l\'Agriculture, Stéphane Le Foll, le 1er avril 2016 à Laval (Mayenne).
Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, le 1er avril 2016 à Laval (Mayenne). (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Le délit sera accompagné de "sanctions pénales", ajoute le ministre de l'Agriculture.

Stéphane Le Foll a annoncé, mardi 5 avril, son intention de "créer un délit de maltraitance" des animaux avec "sanctions pénales" dans la loi Sapin. Pour le ministre de l'Agriculture, il s'agit de réprimer plus sévèrement ces pratiques dénoncées ces dernières semaines, notamment dans les abattoirs.

Le ministre a insisté sur le partage de responsabilité entre l'Etat et les autres acteurs de la chaîne, notamment les exploitants d'abattoirs, lors d'une conférence de presse présentant un plan pour le bien-être animal. 

Un plan de 20 mesures pour les animaux

"Aujourd'hui, un exploitant d'abattoir n'est pas responsable directement d'un acte qui serait commis par un de ses salariés. Cela va changer au niveau des textes. Il y aura un délit qui sera créé pour un responsable d'établissement [où il y] aura eu des actes de maltraitance", a ajouté le patron de la Direction générale de l'alimentation (DGAL).

Le plan se compose de 20 mesures concernant les animaux dans les élevages et les animaux de compagnie. Il cible particulièrement les abattoirs. Pour Stéphane Le Foll , une des solutions passe également par la mise en place d'un référent bien-être animal bénéficiant d'une formation dans tous les abattoirs.

Le ministre a également annoncé la mise en place rapide, d'ici l'été, d'une meilleure protection des salariés signalant des actes de maltraitance, par le biais d'un décret leur donnant le statut de lanceur d'alerte. Le plan prévoit aussi un soutien public d'environ 4,3 millions d'euros pour le développement d'une méthode aujourd'hui expérimentale de sexage des embryons dans l'œuf, a expliqué le ministre. Objectif : "ne plus avoir à supporter ces images de broyages de poussins".