Dordogne : l'homme qui dénonçait les méthodes de l'abattoir de la Sobeval affirme avoir menti

L\'abattoir de la Sobeval, à Boulazac (Dordogne).
L'abattoir de la Sobeval, à Boulazac (Dordogne). (OLIVIER CHAUVE / FRANCE-BLEU PÉRIGORD)

Il prétend avoir toutefois travaillé dans un abattoir en région parisienne.

Un homme qui s'est présenté ce week-end comme un ancien salarié de la Sobeval lors d'une manifestation contre l'abattoir à Périgueux, affirme avoir menti, rapporte mardi 3 mars France Bleu Périgord. Il assure désormais n'avoir jamais travaillé dans l'abattoir de Boulazac, pointé du doigt par une vidéo de l'association de défense animale L214. La Sobeval a porté plainte contre lui pour diffamation.

L'homme affirme avoir travaillé dans un abattoir de la région parisienne et s'est servi de cette expérience pour dénoncer les supposées méthodes de l'abattoir périgourdin. Samedi, au micro de France Bleu Périgord, il dénonçait des cadences de travail, assurant les avoir subi en Dordogne, alors qu'il n'y a jamais travaillé.

Il explique qu'il a signé une pétition dans la rue proposée par les organisateurs de la manifestation périgourdine, prévue après la diffusion de la vidéo de L214. "Comme c'est une cause qui me parle, j'ai voulu les aider et j'ai transféré mon expérience d'abattoir en région parisienne à la Sobeval, je me suis dit que j'allais les aider, leur donner un coup de main assez maladroitement, alors que je n'ai jamais travaillé à la Sobeval", soutient-il désormais.

Vous êtes à nouveau en ligne