Une utilisatrice de Twitter s\'indigne, le 20 novembre 2016, de la présence d\'un ours dans une boîte de nuit d\'Ille-et-Vilaine à l\'occasion d\'une soirée \"cirque\".
Une utilisatrice de Twitter s'indigne, le 20 novembre 2016, de la présence d'un ours dans une boîte de nuit d'Ille-et-Vilaine à l'occasion d'une soirée "cirque". (TWITTER)

La présence d'un ours dans une boîte de nuit bretonne scandalise les défenseurs des animaux

Au milieu des jongleurs, des mimes et des magiciens, ce devait être le clou du spectacle : un ours muselé a été exhibé dans une boîte de nuit de Guipry-Messac (Ille-et-Villaine), samedi 19 novembre, à l'occasion d'une "soirée cirque", mais la présence de l'animal dans l'établissement a scandalisé de nombreux internautes. Après la publication de clichés de l'événement sur les réseaux sociaux, une pétition en ligne a été lancée pour "interdire les ours en boîte de nuit". Elle comptait déjà plus de 5 000 signatures lundi soir.

Le maire de Guipry-Messac assure n'avoir pas été mis au courant de ce spectacle. "On est mis devant le fait accompli, explique-t-il à franceinfo. Et c'est vrai qu'on aurait aimé le savoir, notamment pour des raisons de sécurité." Il précise que la Scala, l'établissement organisateur de cette soirée, est "une boîte de nuit sérieuse, bien équipée et sécurisée", et qu'il n'a eu aucun problème avec le club par le passé.

Déjà une soirée "cirque" en octobre dernier

Les défenseurs de la cause animale, notamment l'association AVES, très mobilisée contre les spectacles de montreurs d'ours, ont rapidement fait part de leur indignation. “A partir du moment où on met un animal au milieu de la foule pour des spectacles, dans son milieu qui n'est pas son milieu naturel, c'est déjà traumatisant pour lui, explique Daniel Jacob, l'un de ses responsables, à franceinfo. Avec le bruit, la musique d'une boîte de nuit, c'est pire."

Mais au téléphone, le militant, qui suit ce dossier depuis plusieurs années, n'a pas l'air surpris d'un tel événement : "On avait déjà fait annuler un spectacle d'ours dans une boite de nuit en Bretagne l'an passé." D'ailleurs, une soirée "cirque" avec des animaux sauvages a été organisée dans un autre établissement de la Scala, à Laval (Mayenne), le 22 octobre dernier, sans susciter de polémiques, hormis quelques commentaires désapprobateurs sur Facebook

Les animaux "ont été totalement respectés", assure le club

Un responsable de l'établissement s'est défendu dans une vidéo postée sur Facebook lundi soir, où il se présente comme un "amoureux des animaux". Il s'est excusé de "la photographie d'un ours muselé, qui sortie du contexte de la soirée ne pouvait hélas que donner lieu à des réactions négatives" tout en déplorant la "violence" des commentaires sur les réseaux sociaux.

La discothèque se défend en arguant que "cet ours est né en captivité, n'a pas été prélevé son habitat naturel", que "les dresseurs ont 25 ans d'expérience", "qu'il est interdit de présenter un ours sans qu'il soit muselé" et enfin, que les animaux "ont été présentés à l'accueil". "A aucun moment ils n'ont été dans les clubs avec la foule et la musique, précise l'établissement. Ils ont été totalement respectés. Ils ont été présents comme ils peuvent l'être dans un cirque devant des spectateurs."

"Rien n'interdit d'amener un ours dans une boîte de nuit"

L'animal présent samedi à La Scala ne serait en tout cas pas inconnu des militants du bien-être animal. L'association AVES est formelle : l'ours en question appartiendrait à un couple de dresseurs venus du cirque de Moscou, qui tourne en France depuis "au minimum dix ans" avec ses animaux. "On les connait, et leur renommée est plutôt mauvaise, explique Daniel Jacob. Normalement, quand il y a des spectacles avec des animaux sauvages on doit faire de la pédagogie sur l'ours, dire comment il vit... Avec eux, c'est juste du cirque."

En général, les militants essayent d'être présents lors de ces spectacles pour gêner ou filmer la manifestation, mais ces événements, plutôt rares et pour la plupart organisés dans de petites communes, passent parfois sous leurs radars. De telles manifestations sont pourtant tout à fait légales, sous réserve d'obtention d'une autorisation délivrée par le ministère de l'agriculture, explique AVES, et du respect du décret d'application encadrant les spectacles d'animaux sauvages. "Rien n'interdit en réalité d'amener un ours dans une boîte de nuit", reconnaît Daniel Jacob. Mais face à l'ampleur de la polémique, La Scala a d'ores et déjà assuré qu'il n'y aurait plus d'animaux dans ses prochaines soirées "cirque".

plus