Alpes-Maritimes : trois mois après l'effondrement de terrain

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Trois mois après, son terrain porte toujours les traces des intempéries. C'était de la boue qui coulait. C'était effrayant. Cet habitant de Sainte-Agnès, près de Menton, attend toujours le passage des experts pour commencer les travaux. La reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle est certes une avancée, mais ils demandent à voir. Qui va nous réparer tout ça ? Est-ce que ça va être pris en compte ? On a bien la garantie multi-risques, mais tant qu'on n'a rien d'écrit. Le 17 janvier dernier, des pluies torrentielles tombent sur les Alpes-Maritimes. De nombreux terrains cèdent et plusieurs maisons menacent de s'effondrer, comme celle-ci, toujours interdite d'accès aujourd'hui. A une centaine de mètres de là, cet habitant s'est lancé dans la construction d'un mur de soutènement pour protéger sa maison sinistrée. des travaux qu'il paiera seul, car l'expert de son assurance refuse de les prendre en charge. Indemnisation zéro. Ce sont les municipalités qui se réjouissent.

Trois mois après, son terrain porte toujours les traces des intempéries.

C'était de la boue qui coulait. C'était effrayant.

Cet habitant de Sainte-Agnès, près de Menton, attend toujours le passage des experts pour commencer les travaux. La reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle est certes une avancée, mais ils demandent à voir.

Qui va nous réparer tout ça ? Est-ce que ça va être pris en compte ? On a bien la garantie multi-risques, mais tant qu'on n'a rien d'écrit.

Le 17 janvier dernier, des pluies torrentielles tombent sur les Alpes-Maritimes. De nombreux terrains cèdent et plusieurs maisons menacent de s'effondrer, comme celle-ci, toujours interdite d'accès aujourd'hui. A une centaine de mètres de là, cet habitant s'est lancé dans la construction d'un mur de soutènement pour protéger sa maison sinistrée. des travaux qu'il paiera seul, car l'expert de son assurance refuse de les prendre en charge.

Indemnisation zéro. Ce sont les municipalités qui se réjouissent.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne