Alimentation : contrôle sur le poisson

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Seul espoir: l'idée d'une reprise du site par une filiale d'Intermarché. J.Bugier: L'économie encore avec notre dossier ce soir dans les coulisses de la filière du poisson, c'est l'un des produits les plus consommés, surtout l'été, mais c'est aussi l'un des produits les plus contrôlés: qualité, congélation, provenance. Du filet des pêcheurs, aux étales des poissonneries, nous avons suivi les camions et les contrôles. Thon, cabillaud, dorade royale. Chacun a sa méthode pour choisir. Les origines sont marquées dessus. J'ai confiance. On nous indique si c'est de l'élevage. Vendre un poisson d'élevage pour du sauvage, du congelé pour du frais. Ce matin-là, à Marseille, les enquêteurs de la Répression des fraudes se rendent chez les poissonniers du marché. Premier réflexe: vérifier l'étiquette. Comment vous pouvez contrôler. Facture. Ce n'est pas du merlan. C'est du merlu. Vous êtes bien tombé. C'est ce qui est écrit sur votre facture. Ce poissonnier s'en tirera avec un simple rappel à l'ordre, car en vérité, il est très difficile de tricher. On a remonté toute la filière. Notre enquête commence sur les quais du port de Lorient. A 3h du matin, chaque espèce est enregistrée, bateau par bateau. On débarque chaque espèce. On a mis chaque espèce en caisse. A quelques kilos près, on saura exactement ce qu'on a. Premiers contrôles dès la criée. On mesure si la personne a un doute. La taille minimale du merlu, c'est. Chaque année, 26 000 tonnes de poissons passent sur ce tapis. C'est là que commence leur traçabilité, avec l'étiquetage. On retrouve toutes les informations nécessaires: la date, l'heure, le nom du bateau et la zone de pêche. C'est une carte d'identité détaillée et scrutée parlé vétérinaire dé la répression dés fraudes. Il vérifie au hasard. Le poisson arrive ensuite chez le mareyeur. Quand il n'est pas vendu entier, il est découpé en filets. C'est difficile de le reconnaître. Là encore, contrôle drastique. On vérifie ce qui entre et ce qui sort. Il peut y avoir des confusions. Mais jusqu'à ce niveau, c'est. Direction le plus gros marché de France: les étals de Rungis. Chaque caisse est étiquetée et conditionnée de manière. C'est filmé et glacé. C'est presque scellé. On est obligé de les garder dans les caisses. On ne peut pas tricher. Tricher, cela arrive parfois. Cela se passe en bout de chaîne. J'ai acheté de la dorade d'élevage.

Seul espoir: l'idée d'une reprise du site par une filiale d'Intermarché. J.Bugier: L'économie encore avec notre dossier ce soir dans les coulisses de la filière du poisson, c'est l'un des produits les plus consommés, surtout l'été, mais c'est aussi l'un des produits les plus contrôlés: qualité, congélation, provenance. Du filet des pêcheurs, aux étales des poissonneries, nous avons suivi les camions et les contrôles.

Thon, cabillaud, dorade royale. Chacun a sa méthode pour choisir.

Les origines sont marquées dessus.

J'ai confiance.

On nous indique si c'est de l'élevage.

Vendre un poisson d'élevage pour du sauvage, du congelé pour du frais. Ce matin-là, à Marseille, les enquêteurs de la Répression des fraudes se rendent chez les poissonniers du marché. Premier réflexe: vérifier l'étiquette.

Comment vous pouvez contrôler.

Facture. Ce n'est pas du merlan. C'est du merlu. Vous êtes bien tombé. C'est ce qui est écrit sur votre facture.

Ce poissonnier s'en tirera avec un simple rappel à l'ordre, car en vérité, il est très difficile de tricher. On a remonté toute la filière. Notre enquête commence sur les quais du port de Lorient. A 3h du matin, chaque espèce est enregistrée, bateau par bateau.

On débarque chaque espèce. On a mis chaque espèce en caisse. A quelques kilos près, on saura exactement ce qu'on a.

Premiers contrôles dès la criée.

On mesure si la personne a un doute. La taille minimale du merlu, c'est.

Chaque année, 26 000 tonnes de poissons passent sur ce tapis. C'est là que commence leur traçabilité, avec l'étiquetage.

On retrouve toutes les informations nécessaires: la date, l'heure, le nom du bateau et la zone de pêche.

C'est une carte d'identité détaillée et scrutée parlé vétérinaire dé la répression dés fraudes. Il vérifie au hasard. Le poisson arrive ensuite chez le mareyeur. Quand il n'est pas vendu entier, il est découpé en filets. C'est difficile de le reconnaître. Là encore, contrôle drastique.

On vérifie ce qui entre et ce qui sort. Il peut y avoir des confusions. Mais jusqu'à ce niveau, c'est.

Direction le plus gros marché de France: les étals de Rungis. Chaque caisse est étiquetée et conditionnée de manière.

C'est filmé et glacé. C'est presque scellé. On est obligé de les garder dans les caisses. On ne peut pas tricher.

Tricher, cela arrive parfois. Cela se passe en bout de chaîne.

J'ai acheté de la dorade d'élevage.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne