Air Algérie : de nombreuses familles françaises en deuil

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

A bord de l'avion, 54 français ou binationaux. Des familles entières, 5, 7, 10 personnes décimées. De Nantes a Lyon en passant par le Centre de la France, dans de nombreux départements on pleure des proches. On le voit ici entouré de sa femme et de ses quatre enfants. Seydou Ouedraogo, 46 ans, revenait de 15 jours de vacances au Burkina. La famille habitait dans cette maison près de Nantes depuis 28 ans. Son frère devait aller les chercher à l'aéroport. Il ne comprend pas comment un tel drame a pu se produire. J'espère qu'à Paris j'aurai ces informations sur les conditions du drame. Et savoir comme va se passer le rapatriement des corps. A Lorette, près de Lyon, les drapeaux nont en berne. 10 personnes d'une même famille de la région étaient dans l'avion. Cet homme de 68 ans était à Ouagadougou depuis trois semaines avec son ex-épouse, ses enfants et ses petits-enfants. Un voyage qu'il avait longuement organisé et dont il parlait souvent. Je l'ai vu le matin de son départ avec sa fille, ils chargeaient la voiture. On en avait parlé la veille, il était content. Ça a été un voyage sans retour. Cette famille aussi avait embarqué dans ce vol pour des vacances. Le couple et leurs deux enfants vivait dans cette maison. Je les connaissais tous. Les enfants étaient des amis de mon fils qui a le même âge. Cet homme de 70 ans fait partie de la liste des passagers. Il revenait de 3 mois de mission humanitaire au Burkina depuis 6 ans, ce retraités allait faire du soutien scolaire. Ce matin, les bénévoles ont du mal à accepter sa disparition. C'est encore choquant.

A bord de l'avion, 54 français ou binationaux. Des familles entières, 5, 7, 10 personnes décimées. De Nantes a Lyon en passant par le Centre de la France, dans de nombreux départements on pleure des proches.

On le voit ici entouré de sa femme et de ses quatre enfants. Seydou Ouedraogo, 46 ans, revenait de 15 jours de vacances au Burkina. La famille habitait dans cette maison près de Nantes depuis 28 ans. Son frère devait aller les chercher à l'aéroport. Il ne comprend pas comment un tel drame a pu se produire. J'espère qu'à Paris j'aurai ces informations sur les conditions du drame. Et savoir comme va se passer le rapatriement des corps.

A Lorette, près de Lyon, les drapeaux nont en berne. 10 personnes d'une même famille de la région étaient dans l'avion. Cet homme de 68 ans était à Ouagadougou depuis trois semaines avec son ex-épouse, ses enfants et ses petits-enfants. Un voyage qu'il avait longuement organisé et dont il parlait souvent.

Je l'ai vu le matin de son départ avec sa fille, ils chargeaient la voiture. On en avait parlé la veille, il était content. Ça a été un voyage sans retour.

Cette famille aussi avait embarqué dans ce vol pour des vacances. Le couple et leurs deux enfants vivait dans cette maison.

Je les connaissais tous. Les enfants étaient des amis de mon fils qui a le même âge.

Cet homme de 70 ans fait partie de la liste des passagers. Il revenait de 3 mois de mission humanitaire au Burkina depuis 6 ans, ce retraités allait faire du soutien scolaire. Ce matin, les bénévoles ont du mal à accepter sa disparition. C'est encore choquant.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne