Aigues-Mortes : la fleur de saline

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

A Aigues-Mortes, dans le Gard, les producteurs de sel ont entame depuis deux semaines la cueillette de la fleur de sel. Le sel le plus fin à émerger des salines. C'est ici que pousse la fleur, à la surface d'une eau de mer saturée en sel. Elle cristalise dans la nuit à la faveur d'écarts de température. Au matin il reste à cueillir le nectar, le sel le plus fin. Le gros sel est plus grossier. Il s'agglomère. La fleur de sel est très fluide, agréable au toucher. En Camargue depuis l'antiquité on écume l'or blanc. C'est le travail des sauniers, du soleil et du vent. Sur un domaine grand comme Paris, l'eau de mer glisse de tables en tables pendant 5 à 6 mois. Elle devient si concentrée qu'une algue la colore de rose. La fleur de sel peut alorts éclore. C'est une fleur d'été que l'on cueille délicatement. Regardez, c'est magique. Avec la pelle on recherche la profondeur. Après on pousse entre deux couches de sel. On écoute le craquellement. La récolte a deux semaines de retard cette année. A cause des orages d'été. La fleur de sel est fragile. Elle nait et meurt au grès des conditions climatiques. Si vous avez de la pluie, elle disparait. Trop de vent, elle va précipiter. Il faut un temps calme comme aujourd'hui avec de la chaleur. Elle va se former en surface et glisser. La fleur de sel sera vendue 32 euros le kilo. Jusqu'aux premières pluies d'automne, 500 tonnes seront récoltées ici. C'est moins que les montagnes du gros sel agroalimentaire. La fleur est si précieuse que les sauniers la gardaient pour eux. Personne n'en entendait parler.

A Aigues-Mortes, dans le Gard, les producteurs de sel ont entame depuis deux semaines la cueillette de la fleur de sel. Le sel le plus fin à émerger des salines.

C'est ici que pousse la fleur, à la surface d'une eau de mer saturée en sel. Elle cristalise dans la nuit à la faveur d'écarts de température. Au matin il reste à cueillir le nectar, le sel le plus fin.

Le gros sel est plus grossier. Il s'agglomère. La fleur de sel est très fluide, agréable au toucher.

En Camargue depuis l'antiquité on écume l'or blanc. C'est le travail des sauniers, du soleil et du vent. Sur un domaine grand comme Paris, l'eau de mer glisse de tables en tables pendant 5 à 6 mois. Elle devient si concentrée qu'une algue la colore de rose. La fleur de sel peut alorts éclore. C'est une fleur d'été que l'on cueille délicatement.

Regardez, c'est magique.

Avec la pelle on recherche la profondeur. Après on pousse entre deux couches de sel. On écoute le craquellement.

La récolte a deux semaines de retard cette année. A cause des orages d'été. La fleur de sel est fragile. Elle nait et meurt au grès des conditions climatiques.

Si vous avez de la pluie, elle disparait. Trop de vent, elle va précipiter. Il faut un temps calme comme aujourd'hui avec de la chaleur. Elle va se former en surface et glisser.

La fleur de sel sera vendue 32 euros le kilo. Jusqu'aux premières pluies d'automne, 500 tonnes seront récoltées ici. C'est moins que les montagnes du gros sel agroalimentaire. La fleur est si précieuse que les sauniers la gardaient pour eux. Personne n'en entendait parler.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne