Soupçons de matchs truqués en L2

Six personnes, dont Jean-Marc Conrad, président du club de Nîmes, et Serge Kasparian, son principal actionnaire, ont été mises en examen pour corruption dans une affaire de matches présumés truqués, jeudi 20 novembre. Jean-François Fortin, président du Stade Malherbe de Caen, figure également parmi les mis en examen.

Les six sont poursuivis pour corruption active ou passive. La justice soupçonne les dirigeants nîmois d'avoir proposé des arrangements à d'autres clubs à la fin de la saison passée dans le but d'éviter la relégation de leur club. 

Parmi les matches suspects figure un Caen-Nîmes le 13 mai. Le résultat (1-1) avait fait les affaires des deux clubs, Caen montant ensuite en Ligue 1 tandis que Nîmes assurait son maintien. 

Le Nîmes olympique lors de son match à Caen, le 13 mai 2014.
Affaire des matchs truqués en L2 : le parquet financier demande un procès en correctionnel pour huit personnes
Franceinfo
Soupçons de paris truqués dans le tennis : Benoît Paire demande "des noms"
Jean François Fortin, le président du Stade Malherbe Caen, au milieu de ses joueurs, à Caen, le 13 mai 2014.
Soupçons de matchs truqués : qui sont les 6 personnes mises en examen ?
Des joueurs du Nîmes Olympique à l\'entraînement, le 25 juin 2014, au stade de la Bastide, à Nîmes (Gard). 
Matchs présumés truqués : l'actionnaire principal du Nîmes Olympique reconnaît son implication
Des joueurs du Nîmes Olympique à l\'entraînement, le 25 juin 2014, au stade de la Bastide, à Nîmes (Gard). 
Foot : soupçons de corruption autour de matchs de Nîmes Olympique
Franceinfo
En Italie, Mario Monti aimerait "suspendre le football pour deux ou trois ans"
Soupçons de match truqué au Montpellier Handball : ce que l'on sait