Voir la vidéo

VIDEO. "13h15". Christine Lagarde : "Ni sortie du sérail ni énarque"

Avoir été ministre "a été une expérience fantastique et en même temps douloureuse", répond Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) depuis 2011, à Laurent Delahousse qui l'interroge fin 2015, dans le cadre de la collection "Une histoire française" du magazine "13h15 le dimanche" (FacebookTwitter, #13h15), sur le fait d'avoir été nommée plusieurs fois au gouvernement.

"Douloureuse, parce que je venais du secteur privé où j'avais grandi, et où j'étais devenue une professionnelle de mon métier. J'étais arrivée au plus haut chez Baker & McKenzie. Je renonçais à ma liberté et à mon autorité dans un univers dont je ne maîtrisais pas les règles et qui n'est pas particulièrement amical", précise celle qui fut ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie de 2007 à 2011. 

"J'étais un peu perçue comme l'étrangère"

Christine Lagarde se souvient de ses débuts dans le monde politique : "L'accueil n'a pas été spécialement positif. J'étais un peu perçue comme l'étrangère. J'étais une femme, ni sortie du sérail ni énarque. On ne vous accueille pas vraiment les bras ouverts et en plus, les places y sont chères. On se demande ce que je viens faire ici", confie-t-elle à Laurent Delahousse.

Peut-on parler de microcosme ? "Il y a une professionnalisation de la vie politique dans tous les pays du monde. Est-ce que cela entraîne un déficit démographique ? Je ne sais pas. Je n'ai pas assez réfléchi à ces questions-là, mais il y a quand même un monde qui tourne un peu sur lui-même."

plus