Voir la vidéo

VIDEO. "13h15". Christine Lagarde : "Je ne fais pas de plan de carrière"

Serait-il possible qu'une ambition présidentielle en France puisse germer, à Washington, dans l'esprit de Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international depuis 2011 ? "Pendant qu'on est à Washington, cela me paraît impossible, répond-elle. C'est quand même un job qui est dur, pour lequel on se donne physiquement et auquel on sacrifie beaucoup", répond-elle à Laurent Delahousse, fin 2015, dans le cadre de la collection "Une histoire française" du magazine "13h15 le dimanche" (FacebookTwitter, #13h15).

L'ancienne ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie de 2007 à 2011 n'ignore pas que pour 34% des Français, elle ferait une bonne présidente de la République, et même une très bonne pour 16% des personnes interrogées, selon un sondage Harris Interactive publié à l'été 2015 par La Parisienne, le magazine féminin du quotidien Le Parisien.

"Je suis très touchée par le soutien qui s'exprime"

"Il faut vraiment avoir le sens de la mission et ne pas avoir le regard sur le plan de carrière, la prochaine opportunité, les réseaux qui se constituent. Quand je dis que je suis très touchée par le soutien qui s'exprime, ce n'est pas avec le sens de la prochaine étape. Je suis en mission et c'est vrai", affirme celle qui est en bonne place dans les classements des femmes les plus puissantes du monde.

"Je ne fais pas de plan de carrière et quand les circonstances l'ont imposé, j'ai su dire oui. Quand on m'a demandé de rejoindre Chicago ou de venir servir le gouvernement... Le choix du FMI ? Celui-là est peut-être un peu plus personnel. Il correspondait plus à mon équilibre général", estime Christine Lagarde qui a succédé à Dominique Strauss-Kahn, dont les ambitions présidentielles n'étaient un secret pour personne...