Voir la vidéo
Pièces à conviction/France 3

VIDEO. Affaire Kerviel : la Société générale aurait-elle manipulé l'enquête ?

En 2008, la Société générale accuse son trader Jérôme Kerviel de lui avoir fait perdre 4,9 milliards d'euros. Il serait le seul responsable. Mais aujourd'hui, de nouveaux éléments potentiellement explosifs apportent une tout autre lecture de l'affaire, accablante pour la Société générale.

Un dossier sensible enterré ?

Tout d'abord, un rapport de justice défavorable à la banque, mettant en cause sa stratégie de défense, est mystérieusement détruit. Ce rapport du parquet financier aurait préconisé une enquête sur les 2,2 milliards de crédit d’impôt accordés à la Société générale en 2009 et 2010.

Des preuves auraient-elles été sciemment été passées à la broyeuse ? "Destruction de preuves, destruction d'archives, ce sont des infractions pénales. Si c'est vrai et que cela a été fait par des magistrats, c'est quelque chose de grave", s'inquiète Jean de Maillard, premier vice-président adjoint au tribunal de grande instance de Créteil.

Des pressions sur l'enquête ?

Deuxième élément à charge, un enregistrement clandestin révèle que la Société générale aurait influencé l'enquête. Enregistrée à son insu, une magistrate de la section financière du parquet de Paris, en charge du dossier Kerviel de 2008 à 2012, évoque une enquête "entièrement manipulée par la Société générale". L'établissement bancaire aurait menti sur le montant de sa perte…

Dans "Pièces à conviction", voici l'affaire Kerviel-Société générale telle qu'elle n'a jamais été racontée.

Une enquête de Stenka Quillet diffusée le mercredi 22 mars à partir de 23h30.