Voir la vidéo
France 3

Harcèlement à l'école : "1:54", un film pour "ouvrir le dialogue"

"Le harcèlement à l'école commence souvent par des blagues", affirme le réalisateur canadien Yan England dans le Grand Soir 3 ce mardi. "Et il n'y a pas de profils de harcelés. Tu peux être grand, petit, mince, hyper intelligent ou même sportif, comme le héros du film" 1:54, dans les salles de cinéma mercredi en France.

La victime se réfugie dans le sport en voulant battre sur son propre terrain celui qui le harcèle. "Je voulais aborder ce thème par le sport, moi qui suis un coureur de 800 mètres. À travers la compétition sportive, il y a la persévérance et le dépassement de soi", explique le jeune Québécois.

Des réseaux sociaux utiles

Les réseaux sociaux font des ravages dans le harcèlement. "Oui, mais ils peuvent être utiles. Le harcèlement est un monde secret auquel les éducateurs ou les parents ont accès grâce aux réseaux sociaux. Certains découvrent ce que subit leur enfant", estime Yan England.

Après chaque projection , les témoignages affluent. Le réalisateur raconte par exemple quand "tout un lycée est venu voir le film, et à la fin, à la surprise générale, une fille a annoncé qu'elle était victime de harcèlement en ce moment et tous les jours. Sa soeur aînée d'un an a alors a fondu en larmes parce qu'elle ne savait pas". Ce film permet "d'ouvrir le dialogue, c'est la plus belle chose que je souhaitais".