Une étoile filante dans le ciel de l\'Utah (Etats-Unis), le 12 août 2016.
Une étoile filante dans le ciel de l'Utah (Etats-Unis), le 12 août 2016. (ETHAN MILLER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Trois questions sur la pluie d'étoiles filantes de samedi soir

La traditionnelle pluie estivale d'étoiles filantes des Perséides sera à son pic, samedi 12 août. Cela, à condition que la Lune ne gâche pas la fête, avec une trop forte luminosité. Voici nos conseils pour profiter au mieux de cette nuit étoilée. Avant de sortir votre transat dans le jardin, pensez tout de même à consulter la météo : le ciel de l'Hexagone risque d'être nuageux, voire pluvieux, durant tout le week-end.

Est-ce une bonne année pour les Perséides ?

Pour rappel, les "étoiles filantes" ou larmes de Saint-Laurent, sont des minuscules grains de poussières, qui proviennent de la ceinture de débris laissés par la comète 109P/Swift-Tuttle. La trajectoire de la Terre traverse cet essaim de météores tous les étés de l'hémisphère nord. Au contact de l'atmosphère, les poussières s'enflamment, laissant une traînée lumineuse qui ravit les amoureux du ciel.

Les Perséides, qui peuvent être observées du 17 juillet au 24 août, connaîtront leur pic samedi soir. A surveiller, en particulier, les "bolides", ces étoiles filante au moins aussi brillantes que Vénus et "dont la traînée lumineuse sur le ciel peut s’allonger sur plusieurs dizaines de degrés avec une coloration verdâtre souvent perceptible à l’œil nu", précise le blog Autour du ciel.

"Pour être honnête, ce n'est pas une bonne année" pour les Perséides, prévient toutefois Robert Massey, directeur exécutif par intérim de la Royal Astronomical Society (RAS) à Londres. La faute à la Lune gibbeuse décroissante : dans la nuit de samedi à dimanche, le disque sera illuminé à 72%, ce qui empêchera de bien voir les étoiles filantes, un peu comme le ferait la pollution lumineuse des villes.

Ne vous découragez pas pour autant, car la Lune ne se lèvera qu'autour de 23h30, selon Ciel et Espaces. Surtout, les Perséides ne s'arrêtent pas dimanche matin ! Profitez de ce week-end prolongé pour faire durer le plaisir d'observer le ciel.

Où vaut-il mieux s'installer ?

Les Perséides s'observent à l'œil nu. Reste à trouver un lieu aussi exempt de pollution lumineuse que possible. C'est inimaginable à Paris et dans les grandes agglomérations, mais il suffit parfois de s'éloigner de quelques kilomètres de la ville pour échapper aux lampadaires. Si vous êtes en vacances, rendez-vous sur la plage, dans un pré, ou n'importe quelle zone bien dégagée. Eloignez-vous des routes (en respectant tout de même les propriétés privées).

Les nuits étant fraîches, emportez une petite couverture ou un pull et des chaussures fermées. Installez un transat ou un plaid au sol et profitez du spectacle. Cette carte de la pollution lumineuse, mise en ligne sur le site lightpollutionmap.info, vous aidera à trouver, près de chez vous, l'endroit le plus adapté.

Le blog Autour du ciel vous propose par ailleurs d'imprimer ses cartes du ciel, accompagnées de ses indications, pour savoir où regarder, selon le moment de la nuit. Ainsi, si vous restez dehors jusqu'au petit matin, dimanche, où faites partie des lève-tôt, vous pourrez apprécier "l'éclat impétueux de Vénus dans les premières lueurs de l’aube"

Comment réussir mes photos ?

A moins de disposer de matériel professionnel, photographier le ciel, la nuit, s'avère très compliqué. Au smartphone, malgré nombre d'applications qui promettent de faire de vous un "pro", n'y comptez pas trop. 

Pour photographier les étoiles, il est indispensable d'avoir un appareil photo disposant d'un mode "manuel", qui permet de faire tous les réglages nécessaires. Un appareil réflex est encore mieux. Pour capter la lumière des étoiles, le temps de pose doit être suffisamment long. Il nécessite donc d'utiliser un trépied, ou autre système parfaitement stable. Vous trouverez des conseils et astuces de photographes sur ce blog, ce site, et aussi ce site, par exemple.

plus