Quel pays a le système de santé le plus performant ?

Financée par la fondation Bill & Melinda Gates, ces travaux ont été publiés dans la revue médicale britannique The Lancet. La performance des systèmes de santé a été évaluée en fonction du taux de mortalité de 32 maladies pour lesquelles l’accès rapide à des soins efficaces peut améliorer le pronostic : la tuberculose, le cancer du sein, la leucémie, certaines maladies cardiovasculaires... Sur cette base, un indicateur produisant une note de 0 à 100 a été calculé pour 195 pays, sur une période de 1990 à 2015.

Andorre (pays d'un peu plus de 85.000 habitants, limitrophe de la France et de l'Espagne) atteint un score de 95, suivi de l'Islande (94) et de la Suisse (92). La France, en 15e position, obtient 88.

Treize des quinze premiers pays sont en Europe de l'Ouest. Les deux autres sont l'Australie (6e, 90) et le Japon (11e, 89). Le Royaume-Uni arrive au 30e (85), et les États-Unis au 35e rang (81).

À l'autre bout de l'échelle, on trouve la Somalie (34), l'Afghanistan (32) et, en dernier, la Centrafrique (29).

Des scores qui s’améliorent, mais des écarts qui se creusent

La moyenne des résultats a notablement augmenté depuis 1990, passant de 40,7 à 53,7. "167 pays ont vu l'accessibilité et la qualité de leur système de santé augmenter de façon significative", relève l'étude. 

Cependant, les inégalités se sont creusées : l'écart entre le premier pays et le dernier était de 66 points en 2015 contre 62 seulement en 1990.

L'étude s'intéresse aussi à l'écart entre les performances réelles des pays et celles que leur niveau de développement devrait normalement entraîner. Ainsi, les performances des États-Unis sont inférieures de 10 points à ce qu'on pourrait attendre d'eux et cet écart se monte à 25 dans le cas de l'Afrique du Sud. A l'inverse, pour les premiers pays du classement, la différence est nulle.

"Ces résultats sonnent comme un avertissement", a commenté le responsable de l'étude, le professeur Christopher Murray, de l'Institut américain des mesures et évaluations de la santé (IHME) de l'Université de Washington. "L'augmentation du niveau de développement n'entraîne pas forcément une amélioration de la qualité et de l'accès au système de santé".

la rédaction d’Allodocteurs.fr, avec AFP